Recommandations de la CPU pour le 8e PCRDT et L’EER

28 janvier 2011

La CPU plénière du 20 janvier a adopté à l’unanimité des «recommandations pour la préparation du 8e programme-cadre pour la recherche et le développement technologique (PCRDT) et l’avenir de l’Espace Européen de la Recherche (EER)».

Dans ce cadre, elle réaffirme l’importance des programmes européens communautaires intégrant des approches ascendantes (bottom up) et descendantes (top down). Il s’agit d’assurer la pluralité et la diversité de la recherche. La CPU souhaite qu’un équilibre soit préservé entre les mesures de soutien à la recherche fondamentale et à la recherche appliquée.

Les universités veulent être parties prenantes de l’élaboration de la stratégie de l’EER et du 8e PCRDT. Ainsi la CPU demande à être associée aux initiatives de programmations conjointes, ou du moins, aux structures de prospective. De son côté, et pour faciliter l’accès des universités aux initiatives de programmations conjointes, la CPU propose de mettre davantage en avant un cartographie des axes forts de la recherche des universités.

La CPU réaffirme également son intérêt pour une meilleure articulation, d’une part entre les programmes européens et d’autre part entre les programmes européens, nationaux et régionaux afin d’assurer la continuité de la chaîne d’innovation. Une politique régionale européenne au service de la recherche et de l’innovation dans les territoires, et donc un renforcement des actions des fonds structurels, sont nécessaires.

La CPU demande aussi une simplification administrative, un effort de rationalisation dans l’offre des programmes européens ainsi qu’une harmonisation des règles de participation et des outils de justification communs aux différents programmes européens.

Enfin, la CPU affirme l’importance du triangle de la connaissance, enseignement, recherche, innovation, pour les universités. Il joue un rôle essentiel dans le renforcement des processus d’innovation et constitue un véritable accélérateur pour les spécialisations et croissances régionales.

D’une manière générale, la CPU souhaite que le volet éducation soit davantage pris en considération dans les projets européens. L’enseignement et la formation représentent les vecteurs par excellence du transfert de connaissance ainsi que la base de la recherche et de l’innovation de demain.

Sur le même thème

17 octobre 2017

Quels sont les enjeux et les perspectives des sciences participatives pour les établissements ? Suite à la signature en mars dernier de la Charte des sciences et recherche participatives, la CPU org (...)

9 octobre 2017

In the run up to the European University Association’s First Learning and Teaching Forum at Paris Jussieu on 28 and 29 September