Charte Biodiversité des établissements d’enseignement supérieur

La biodiversité en danger : engagements politiques internationaux et nationaux

Le monde vivant est divers : diversité des individus et de leurs gènes au sein de chaque espèce, qu’elle soit microbienne, végétale ou animale, diversité des écosystèmes et des paysages et diversité des interactions au sein de ces éléments. Cette diversité et sa dynamique complexe, est appelée diversité biologique ou biodiversité.
L’humanité est aujourd’hui à un tournant de sa jeune histoire : elle est devenue un acteur majeur des changements planétaires en raison de ses effectifs grandissants et de la consommation croissante de l’humanité sans conscience de la limitation des ressources de son milieu naturel. Fragmentation et réduction en surface des habitats naturels et semi naturels, changement climatique, pollution, déforestation, artificialisation et dégradation des sols, homogénéisation des faunes et des flores, introduction d’espèces invasives, surexploitation des ressources naturelles, telles sont les causes principales de l’érosion de la biodiversité.
Depuis quelques décennies, cependant, nous prenons mieux conscience des enjeux de la biodiversité. Après la conférence de Rio a été instaurée la réunion de Conférences sur la Diversité Biologique tous les deux ans, et la biodiversité est devenue un thème majeur des conférences mondiales et des politiques publiques : Grenelle de l’environnement, Conférence de Nagoya, Millenium Ecosystem Assessment convoqué par l’ONU (2005) etc..
À Nagoya (Japon), la dixième Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB), réunissant 193 pays, a constaté qu’en dépit de certaines avancées, nous avons collectivement échoué à enrayer l’érosion de la biodiversité en 2010. La conférence a donc fixé un nouvel objectif : à l’horizon 2050, il faudrait que les humains “valorisent, conservent et restaurent la biodiversité, et en usent avec sagesse”, afin notamment que perdurent les “services” que leur rendent les écosystèmes.

La Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) est la concrétisation de l’engagement français au titre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), ratifiée par la France en 1994 et dont les 3 objectifs fondamentaux pour 2010 étaient :
1. La conservation de la diversité biologique
2. L’utilisation durable de ses éléments constitutifs
3. Le partage juste et équitable des avantages qui découlent de l’utilisation des ressources génétiques, à des fins commerciales et autres.

Adoption de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité par la CGE et la CPU et relation avec le Plan Vert des établissements d’enseignement supérieur

Conscientes des responsabilités de tous leurs membres, la CGE et la CPU ont adopté au mois de juillet 2011 la Stratégie Nationale pour la Biodiversité et ont constitué un groupe de travail pour adapter les orientations nationales au contexte propre des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.
Quelle relation avec le Plan Vert ? A l’instar de la Stratégie Nationale de Développement Durable dont les objectifs sont déjà intégrés dans tous les axes du référentiel Plan Vert, les objectifs de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité peuvent être intégrés dans le Plan Vert après adaptation au contexte des établissements d’enseignement supérieur. Mais les objectifs de la SNB vont bien au-delà de la simple gestion écologique des espaces du campus tel que le référentiel Plan Vert le propose sous forme de variables (variables 4.3.1 et 4.3.2). Les outils qui sont proposés par la suite permettent à un établissement, s’il le souhaite, d’aller volontairement plus loin en abordant toutes les dimensions le reliant potentiellement à la biodiversité. Un tableau de correspondance (outil n°2) est fourni pour aider les établissements à positionner des actions « biodiversité » jugées pertinentes dans le référentiel Plan Vert.

La Charte biodiversité en action : Les outils

La Charte biodiversité CPU/CGE est composée d’un document d’engagement et de deux outils opérationnels accompagnés d’annexes. Ces outils sont spécifiques à l’enseignement supérieur. Ils ont pour vocation d’accompagner le responsable projet dans la mise en place d’une véritable démarche biodiversité, que ce soit dans la continuité de la signature du document d’engagement de la Charte, en vue d’une signature programmée ou encore pour se conformer uniquement, selon les règles de l’art, au cadre légal du Plan Vert.

Les outils sont les suivants :
– Outil 1 : Un tableau regroupant les 5 axes stratégiques déclinés en 19 objectifs de la Charte, assortis d’exemples d’actions indicatives classées par ordre d’impact positif (+) sur la biodiversité.
– Outil 2 : Un tableau de correspondance pour positionner les actions “biodiversité” dans le référentiel Plan Vert.
– Annexe 1: Guide pratique d’utilisation de la Charte et des outils
– Annexe 2 : Sources et outils en accès libre sur internet

Sur le même thème

22 juin 2016

La Conférence des présidents d’université (CPU) et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme ont décidé de concrétiser leur collaboration

10 novembre 2014

Poser les bases d’une stratégie commune d’optimisation et de réhabilitation du patrimoine universitaire : tel est l’objectif du guide méthodologique...