Avis de la CPU sur les « intitulés de diplômes »

20 mars 2008

Le présent avis porte sur les modalités d’élaboration des diplômes depuis la mise en œuvre du LMD dans les universités.

Les « intitulés des diplômes » ou « dénominations des diplômes » figurant sur le document remis aux étudiants à l’issue de leurs études sont régis par la circulaire du 8 décembre 2006 qui stipule que : « dans le corps du diplôme, pour la licence et le master, est mentionnée la dénomination précise du domaine telle qu’elle résulte des arrêtés d’habilitation, lequel est suivi de l’indication de la mention et le cas échéant de la spécialité….lorsque celle-ci est expressément prévue par les arrêtés d’habilitation. Lorsqu’un master a été habilité avec l’indication d’une finalité recherche ou professionnelle, celle-ci doit figurer sur le diplôme… »

Si cette présentation en domaine/mention/spécialité peut favoriser une meilleure présentation et organisation de l’offre de formation d’une université en vue de son évaluation et son habilitation, elle ne favorise pas la lisibilité des diplômes des universités par les étudiants, les salariés, les futurs employeurs.

Comme l’a fort justement rappelé le comité master dans un récent avis1 « la lisibilité du diplôme est établie principalement par la dénomination de sa mention ». Aussi les universités communiquent-elles généralement sur leurs mentions de diplômes.

Dans l’attente d’une réflexion et d’un travail plus approfondis sur « les dénominations nationales » dans un contexte européen, la CPU propose de présenter le diplôme par sa mention, sa finalité recherche ou professionnelle, le cas échéant sa spécialité, suivis du nom de domaine et de modifier en conséquence la circulaire du 8 décembre 2006.

Ainsi: Le diplôme de MASTER ….Arts, lettres, langues, à finalité …recherche, mention….Langues et civilisations, spécialité…. Etudes germaniques deviendrait : Le diplôme de MASTER …..Langues et civilisations, à finalité …recherche, spécialité…. Etudes germaniques, dans le domaine Arts, lettres, langues.

Adopté à l’unanimité, le 20 mars 2008