Avis de la CPU sur la procédure de contractualisation actuelle de la vague A et B, et son évolution

22 novembre 2007

1) Les bilans des procédures de contractualisation des vagues A et B montrent une qualité d’échanges entre le ministère et l’établissement très utile aux établissements tant concernant le projet d’établissement que l’offre de formation. A noter particulièrement : la phase de caractérisation de l’établissement et les échanges qui en découlent. L’équipe ministérielle, à tous niveaux, incluant les conseillers d’établissement a fait preuve d’une qualité d’écoute souvent soulignée.

De même, les retours rapides, même officieux sur l’offre de formation à l’issue des premiers CEPPE sont très appréciés, ainsi que les conseils des conseillers scientifiques pour les formations, tout au long de l’évaluation de l’offre. La volonté d’incitation du ministère aux fins de renforcer les politiques de sites a été bien perçue, l’attention ayant été attirée sur les co-habilitations. Au total, l’offre de formation des vagues A et B a été resserrée tant dans le nombre de mentions que de spécialités et apparaît donc plus lisible. La politique de site a été plus affirmée et s’est concrétisée par de plus nombreuses co- habilitations.

Les masters « à double finalités (recherche et professionnelle) se sont développés. La lisibilité internationale a été l’un des objectifs. L’adossement à la recherche de l’offre master a été renforcé. La dimension professionnalisante a été accentuée.

Sur le même thème

30 septembre 2019

La CPU a pris connaissance des deux rapports remis par l’HCERES à la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation...