L'Université pour l'avenir, Avenir des universités

Les mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 février 2012 à Marseille

La loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU), dite aussi « loi d’autonomie des universités », en vigueur depuis aout 2007, a marqué l’aboutissement d’une réflexion engagée depuis de nombreuses années par la communauté universitaire, visant à permettre aux universités de disposer de marges de manuvre pour conduire des politiques propres. Pour la Conférence des Présidents d’Université (CPU), cette réflexion s’est concrétisée, début 2007, par les propositions formulées lors du colloque de Metz « l’Université, une chance pour la France ».

Depuis cette date, le paysage universitaire s’est considérablement transformé, notamment grâce au rapprochement des établissements de leurs partenaires, la CPU consacrant ses colloques successifs aux différentes missions qui incombent aux universités autonomes : la dimension européenne et internationale de leurs politiques d’établissement (2008), leur rôle socio-économique sur un territoire (2009), leurs ambitions pour le doctorat (2010) et la licence (2011), s’emparant ainsi tant de la mission globale d’accroissement des qualifications que de celle de production d’une recherche scientifique d’excellence. La CPU a de plus approfondi sa réflexion au cours de séminaires mensuels, sur des thèmes plus spécifiques : gouvernance et forme juridique des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ; stratégies territoriales; immobilier ; classements mondiaux d’universités ; innovation…

Forte de cette expérience d’acquisition de l’autonomie dans tous les domaines qu’elle recouvre, la CPU doit à présent s’interroger et interpeller la nation sur ce que pourrait devenir le dispositif français d’enseignement supérieur et de recherche à échéance de 15 ou 20 ans, une fois que les investissements actuels auront produit leurs effets, sur la durabilité de son modèle économique et sur sa place au niveau international.

Quatre ans après l’entrée en vigueur de la loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU, 2007), cinq ans après l’adoption de la loi portant pacte pour la recherche (2006), alors qu’en 2012 la quasi-totalité des universités renouvelleront leurs équipes de direction sur fond d’élection présidentielle, la Conférence des Présidents d’université souhaite ainsi tirer le bilan politique de la mise en uvre de l’autonomie acquise par les établissements et avec tous, envisager leur avenir.

Pour répondre à ces questions, et donner leur vision d’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche dans toutes ses dimensions, y compris socio-économiques, les 127 membres de la CPU – présidents d’université, des instituts nationaux polytechniques, directeurs des écoles normales supérieures et présidents des pôles de recherche et d’enseignement supérieur – se réuniront à Marseille les 8, 9 et 10 février 2012. Ce colloque présentera des éléments de bilan de la

Ce colloque présentera des éléments de bilan de la LRU, mais amènera aussi la CPU à faire des propositions fortes aux différents candidats à la Présidence de la République. Plus globalement, la CPU réunira pour ce colloque les présidents d’université et directeurs d’établissement, les invitant à associer à cette réflexion les membres de leur équipe de direction (vice- présidents statutaires, directeurs généraux des services), ainsi qu’un grand nombre de représentants de la communauté universitaire, de ses partenaires et interlocuteurs. Le programme mettra en perspective les grandes transformations qui sont en train de façonner l’enseignement supérieur et la recherche en France.

Cette rencontre, enfin, aura une dimension résolument internationale, les universités étant par ailleurs, comme les Etats, de plus en plus scrutées, comparées et notées.

Les propositions du colloque

Proposition 1:

L’enseignement supérieur et la recherche sont un bien public et doivent être financés majoritairement et de façon pérenne par l’Etat

Proposition 2:

Les personnels des établissements universitaires ont principalement des statuts nationaux de fonctionnaires

Ces statuts nationaux doivent être compatibles avec des politiques de gestion des ressources humaines déconcentrées au niveau des établissements, qui doivent permettre d’attirer des personnels étrangers hautement qualifiés ou spécialisés.

Lire la suite

Proposition 3:

Les droits d’inscription des étudiants aux diplômes nationaux sont fixés nationalement

Proposition 4:

L’absence de sélection à l’entrée à l’université

L’absence de sélection à l’entrée à l’université est le corollaire de l’objectif de démocratisation, de justice sociale et d’élévation du niveau de qualification supérieure de notre population.

Lire la suite

Proposition 5:

Le lien entre enseignement supérieur et recherche est constitutif de la nature de l’université, à tous les niveaux de formation

Le lien entre enseignement supérieur et recherche est constitutif de la nature de l’université, à tous les niveaux de formation ; il doit lui permettre de favoriser l’innovation et les meilleures pratiques pédagogiques.

Lire la suite

Proposition 6:

Les établissements universitaires doivent assurer des parcours de carrière attractifs pour tout enseignant-chercheur

... qui facilitent la mobilité géographique et garantissent l’équilibre entre activités de formation et de recherche.

Lire la suite

Proposition 7:

Réaffirmer le rôle central de l’université sur son territoire, à partir du projet stratégique qu’elle se fixe et qu’elle traduit dans ses contrats avec l’Etat et ses différents partenaires

Réaffirmer le rôle central de l’université sur son territoire, à partir du projet stratégique qu’elle se fixe et qu’elle traduit dans ses contrats avec l’Etat et ses différents partenaires. Ces contrats doivent permettre d’appréhender la soutenabilité du projet stratégique de l’établissement, en termes budgétaires et de ressources humaines.

Lire la suite

Proposition 8:

Poursuivre le rapprochement entre universités, écoles et organismes de recherche

Cette démarche dont le cadre juridique et les modalités ne sont pas figés, et dépendent de chaque contexte, doit permettre de mettre en cohérence l’offre de formation et la recherche sur un territoire.

Lire la suite

Proposition 9:

Promouvoir l'alternance en général et l'apprentissage en particulier

Il s’agit de développer des parcours sécurisés pour les étudiants, de renforcer l’accompagnement pédagogique et d’améliorer leurs perspectives d'insertion professionnelle.

Lire la suite

Proposition 10:

Renforcer le rôle des universités dans la FTLV des salariés des secteurs public et privé

Les universités doivent prendre toute leur place dans la formation tout au long de la vie des salariés pour accroître leurs qualifications supérieures tout au long de leur vie professionnelle et renforcer leur capacité d’innovation par l’adossement de la formation à la recherche.

Lire la suite

Les Actus