Visite d’Etat aux Philippines : les universitaires aux côtés du chef de l’Etat

12 mars 2015

On en parle

C’était un voyage placé sous le signe du climat et du partenariat. Le 26 et 27 février dernier, le président de la République s’est rendu aux Philippines. Il était accompagné de Manuelle Franck, présidente de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), de Bertrand Monthubert, président de l’université Toulouse 3 Paul Sabatier, et de Jean-Paul Jourdan, président de l’université Bordeaux Montaigne.
Manuelle Franck revient pour le site de la CPU sur le sens de cette visite pour le monde universitaire.

1) Pourquoi le président de la République a-t-il associé des universités à sa visite d’Etat aux Philippines ?

Le président de la République associe de plus en plus systématiquement des universitaires à ses déplacements à l’étranger car il souhaite promouvoir la qualité de nos enseignements et de nos recherches et associer la dimension culturelle et universitaire aux autres domaines de coopération ou relations entre la France et les pays visités (affaires, aide au développement …).
En plus de cela, les Philippines font partie des dix pays identifiés par la présidence de la République comme devant faire l’objet d’un renforcement de notre coopération universitaire.
En effet, les Philippines sont un pays très intéressant pour établir des partenariats dans l’enseignement supérieur et la recherche. Le pays, très dynamique sur le plan économique, compte de bonnes universités dont certaines sont très anciennes. La langue de travail dans l’enseignement supérieur est l’anglais, ce qui facilite les échanges entre universitaires et étudiants français et philippins. Il y a une demande de la part des universités philippines pour des collaborations internationales.

Par ailleurs, les Philippines sont une sorte d’autre porte d’entrée de l’Asie. C’est pourquoi, en marge de son déplacement consacré essentiellement aux enjeux climatiques, le président de la République a souhaité qu’un forum universitaire soit aussi organisé. Au titre de la CPU, j’ai coordonné, avec le Service de coopération et d’action culturelle, l’organisation de ce forum et j’ai conduit la délégation universitaire qui s’est rendue aux Philippines.

2) Quels types d’accord ont été évoqués ou signés au cours de cette visite ?

Pour le moment, les Philippines ne sont pas encore un pays important pour nos partenariats universitaires. Certains établissements qui ont participé à ce déplacement avaient déjà des accords avec des universités philippines, mais d’autres venaient pour la première fois rencontrer d’éventuels partenaires philippins.
Nous avons mis l’accent dans le forum sur les questions environnementales, en conviant par exemple des établissements qui pouvaient proposer des collaborations dans ces domaines, certes pour correspondre au sujet principal du déplacement présidentiel, mais surtout parce que ces questions, et celles liées aux risques environnementaux, sont particulièrement pertinentes s’agissant des Philippines.
Un accord-cadre sur la coopération franco-philippine dans l’enseignement supérieur et la recherche a été signé par les deux ministres des affaires étrangères pendant ce déplacement