« Université 3.0 » : un colloque riche en débats

2 juin 2015

Evénements

Plus de 300 personnes étaient présentes, du 27 au 29 mai à Strasbourg, à la Conférence des présidents d’université pour réfléchir et émettre des propositions sur le thème « Université 3.0 : nouveaux enjeux, nouvelles échelles à l’ère numérique». Récit de cet événement.

Article : Service Communication – Université de Strasbourg

Mercredi 27 mai en fin d’après-midi, les participants ont assisté à l’ouverture officielle du colloque de la Conférence des présidents d’université au Conseil de l’Europe. À cette occasion, les établissements lauréats du concours « Mon innovation numérique en deux minutes » ont été distingués. Le premier prix a été remis à l’Université de Caen, le second à l’Université Lyon 1 et le troisième à l’Université Paris Est Marne la Vallée. Tout le monde a ensuite pu profiter des derniers instants de répit avant le début des travaux, le lendemain, sur le développement et la généralisation des usages numériques et les mutations qui en découlent pour la société comme pour l’institution universitaire.

Les « choses sérieuses » ont donc débuté jeudi 28 mai à 9 heures. Alain Beretz, le président de l’Université de Strasbourg, a accueilli tous les participants dans l’amphithéâtre Cavaillès du Patio où il a d’abord souligné la volonté de l’Unistra de se doter d’une politique du numérique dès 2009. Il a notamment détaillé l’ensemble de ce qui a été mis en place au sein de l’établissement. « Nous essayons aussi d’encourager le numérique sur des usages moins évidents », a-t-il tenu à indiquer en évoquant l’application Navi-campus et la plateforme virtuelle Ever, avant de laisser la parole à François Germinet, président du comité numérique de la CPU. Ce dernier a insisté sur le fait que ce n’était pas « un colloque sur le numérique mais sur les mutations, induites par les révolutions numériques, auxquelles la société fait face. En tant qu’organisations universitaires, nous sommes traversées par ces mutations qui transforment nos modalités de recherche et de pédagogie ».

Après l’intervention de Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation, sur les enjeux sociétaux du numérique, « déferlante absolue qui modifie la vie académique et la vie tout court », la matinée de travail a débuté avec deux tables rondes.

Nouveaux publics, nouvelles pédagogies, nouvelles formations, nouveaux métiers : comment le numérique fait-il évoluer les modèles traditionnels ?
• Science ouverte et méga-données : le numérique, un facteur d’accélération de la création et de la valorisation des savoirs

Après cette première demi-journée de débats, les participants du colloque ont pris une pause-déjeuner bien méritée, mais de courte durée puisqu’il fallait reprendre le travail à 14 h 15 avec une nouvelle table ronde :

• L’essor du numérique et les droits fondamentaux : quels usages et quelles balises éthiques pour nos données ?

Ils ont ensuite pu visiter le village numérique 3.0 installé dans le hall du Patio. Une trentaine de stands y étaient installés, en majeure partie par des entreprises venues présenter leurs produits aux dirigeants du monde de l’enseignement supérieur. L’éventail des technologies présentées était large : imprimantes 3D, systèmes de paiement sans contact à destination des étudiants, solutions d’évaluation électronique des connaissances, etc. Les présidents d’université ont même pu tester des innovations plus insolites, telles qu’un robot permettant d’interagir par vidéo-conférence, ou bien s’essayer au maniement de gyropodes (transporteurs personnels).
L’Université de Strasbourg était également représentée grâce aux stands de la Direction des usages du numérique et de l’Unera. Une technologie innovante y était en démonstration : Navicampus, une application de guidage GPS à destination des personnes malvoyantes, développée conjointement par la Faculté des sciences du Sport, la DUN et la Mission handicap.

La fin d’après-midi était ensuite dédiée à des ateliers pendant lesquels les participants du colloque ont pu, en plusieurs groupes, travailler sur quatre thématiques différentes (voir le programme sur le site dédié) avant de pouvoir profiter d’une soirée de gala au Palais universitaire agrémentée d’un mapping géant réalisé par les Dominicains. Présente en début de soirée, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé qu’un appel à projets « fonds pour la formation continue supérieure en ligne » doté de six millions d’euros serait prochainement lancé. « L’université 3.0 est en marche ; l’excellence et l’égalité doivent fonctionner main dans la main et tout au long de la vie », a-t-elle souligné. Elle a également indiqué, avec un trait d’humour, que l’intitulé du colloque (Université 3.0) lui évoquait les souvenirs d’une France qui gagne, d’une France multiculturelle, celle de la finale de la Coupe du monde de football 1998.

Écouter l’intervention de Najat Vallaud-Belkacem

Les débats ont repris vendredi 29 mai à 9 heures avec des thématiques davantage centrées sur l’écosystème universitaire.

• Comment l’université anticipe-t-elle les mutations sociétales induites par le numérique ?
• Quelle place pour l’université dans l’écosystème numérique? Stratégies universitaires

François Germinet et Jean-Loup Salzmann ont ensuite pu donner le mot de la fin. Le président de la CPU a notamment détaillé les secrets d’un bon colloque : « une bonne organisation, un lieu magnifique, un programme avec des temps forts et des tables rondes “punchy”, les retards habituels pour faire un peu d’animation mais aussi ce qui se passe en dehors des moments officiels. » Il s’est également voulu rassurant en indiquant que « l’humain est et restera toujours au cœur des choses malgré la révolution numérique ; dans nos métiers, celle-ci transforme les choses mais les fondamentaux resteront ! » Pour finir, il a énoncé les dix propositions formulées par la CPU pour faire des universités des acteurs majeurs du numériques et a exhorté les participants au colloque à être les « propagateurs de cette nouvelle foi » dans leurs établissements respectifs.

Téléchargez les propositions détaillées