Universitarisation des professions de santé : un chantier considérable

Dans le contexte actuel « d’universitarisation des professions de santé », il apparaissait une impérieuse nécessité d’organiser une rencontre des différents acteurs impliqués dans cette réforme, ce qui a été fait le 1er décembre dernier lors du séminaire d’une journée organisé par la CPU.

Cet échange devait permettre non seulement de discuter des objectifs et des modalités de mise en place de la réforme mais aussi d’avertir les principaux intéressés et de dissiper leurs doutes, de répondre à  de nombreuses interrogations et de rendre compte des difficultés rencontrées.

Au cours de ce séminaire, il convenait de faire l’état des lieux de ce que sont les professions paramédicales et leurs formations puis d’adopter une politique afin que la CPU soit pro-active sur ce dossier important et non plus en réaction.

Les différents acteurs concernés : la Direction générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Direction générale de l’offre de soins, Ministère du travail, de l’emploi et de la santé, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur et les Présidents d’universités. L’Association des régions de France avec laquelle la CPU a formalisé sa collaboration par la signature d’une convention, était dans l’obligation de décliner l’invitation pour des raisons d’agenda malgré l’intérêt suscité.

Après une introduction de Lionel COLLET, Président de la CPU, Yvon Berland, Président de l’Université de la Méditerranée et de la commission des questions de santé, a présenté les professionnels de santé : un état des lieux précis, les différents effectifs, la démographie actuelle et projetée, les formations (programmes, diplômes, tutelles), les professions médicales et de pharmacie ainsi que les auxiliaires médicaux.

Jean-François DHAINAUT, Président de l’AERES a défini le rôle de l’AERES dans l’évaluation du processus d’universitarisation des professions paramédicales

Annie Podeur, Directrice générale de l’offre de soins a insisté sur l’importance de travailler en étroite collaboration. Son équipe a présenté la réingénierie des diplômes paramédicaux ainsi que le processus d’universitarisation des professions paramédicales.

Patrick HETZEL, Directeur général pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle s’est réjoui de la place occupée par les universités au cœur des enjeux et de la stratégie de la construction de l’espace européen d’enseignement supérieur, la formation des paramédicaux ne pouvant rester en marge du système LMD. 2009 a vu la reconnaissance du grade de Licence du diplôme d’Etat des infirmiers. Monsieur Hetzel a insisté sur le fait que « la question de la reconnaissance du niveau universitaire de chaque formation devra être examiné conjointement avec la CPU, à l’issue de ces travaux de réingénierie. »

L’après midi s’est poursuivie par une présentation de la DGESIP et de la DGOS sur les principes d’universitarisation des formations paramédicales : les processus concernant l’ensemble des professions paramédicales, le maintien des diplômes d’exercice et l’attribution du grade de licence et l’explication sur l’absence de diplôme de licence

Le séminaire s’est clôturé sur une Table-Ronde débat animée par Gilles Fourtanier, Président de l’Université Paul Sabatier- Toulouse III et Loïc VAILLANT, Président de l’Université François Rabelais-Tours, Vice-président de la commission des questions de santé.

Si l’on s’en tient aux nombreux retours, le séminaire a été accueilli très positivement et l’ensemble des documents exploités sont mis à disposition sur le site de la CPU, espace confidentiel.

Désormais la CPU a scellé le principe de l’étroite collaboration avec les différents acteurs d’une réforme qui s’annonce fondamentale.

Sur le même thème

17 novembre 2017

La Fédération Hospitalière de France (FHF) et la Conférence des Présidents d’Université (CPU) saluent le travail mené par l’Intersyndicale Nationale des Internes (ISNI)...

25 juin 2012

Le Ministère des affaires sociales et de la santé, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et à la Conférence des présidents d’université, ont adopté le texte commun, (...)