Un an après la COP21, l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie pleinement mobilisée sur la transition énergétique

2015 et 2016 ont été des années particulièrement riches sur le plan de l’actualité énergétique : COP21 et lancement de la mission Innovation, promulgation de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), élaboration de la Stratégie nationale de la recherche énergétique (SNRE). L’alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie dont la CPU est membre s’est donc particulièrement investie pendant cette période. Didier Houssin, son président, est revenu sur son action, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Alliance, le 25 novembre dernier.

Soulignant le point fort de l’Ancre dans la conduite d’exercices de prospective technico-économiques dans le domaine de l’énergie, Didier Houssin a rappelé les scénarios de déploiement international des technologies bas-carbone (scénarios Decarbonization Wedges), élaborés et présentés dans le cadre de la COP21, et ceux conduits depuis 2013 pour la France à l’horizon 2050.

Après avoir rappelé les nombreuses contributions de l’Ancre à l’élaboration des politiques publiques tant au niveau national (forte implication dans l’élaboration de la SNRE, contribution active à la programmation de l’Agence nationale de la recherche, etc.) – qu’au niveau européen (programme H2020, infrastructures de recherche, lien avec l’Alliance européenne de la recherche énergétique, etc.), Didier Houssin a précisé la feuille de route de l’Ancre pour les prochains mois en mettant plus particulièrement l’accent sur deux dynamiques :

– Mobiliser, structurer et fédérer les communautés œuvrant dans le domaine de l’énergie. À ce titre, il a rappelé la réflexion en cours au sein de l’Alliance pour promouvoir une communauté des sciences de base pour l’énergie afin de préparer – avec une réflexion prospective à 10-15 ans – et faire émerger les ruptures scientifiques et technologiques requises par la transition énergétique. Compte tenu des implications sociétales et des interactions grandissantes entre les transitions énergétique, environnementale et numérique, un renforcement des travaux avec les autres alliances de recherche dont la CPU est membre (Athéna, Allistène, AllEnvi, et Aviesan) sera recherché. Les relations avec l’industrie seront développées en visant des synergies accrues entre recherche publique et privée. L’objectif est de consolider la compétitivité des filières énergétiques existantes et d’accélérer le déploiement des nouvelles filières industrielles de l’économie verte, créatrices de richesse et d’emplois.

– Porter la parole nationale de la recherche et de l’innovation dans le domaine de l’énergie, via une politique volontariste de diffusion des connaissances produites par une Alliance constituée de 19 institutions spécialistes du domaine. Dans ce cadre, Didier Houssin a tenu à souligner la montée en puissance réussie du Consortium de valorisation thématique de l’Ancre, dont le financement vient d’être reconduit pour trois ans par le Commissariat général à l’investissement, reconnaissant ainsi les résultats obtenus depuis sa création en 2013.

Consultez le rapport intégral d’activité de l’Ancre

Sur le même thème

14 novembre 2017

Le 14 novembre 2017, la 5e assemblée annuelle des référents DD&RS de l’enseignement supérieur ...

23 mars 2017

Le 8 mars dernier se tenait, dans les locaux de la Caisse des Dépôts, le séminaire...