Santé : La CPU souhaite réaffirmer le rôle des universités dans les dispositifs RHU et IHU

4 octobre 2017

Communiqués

Par communiqué en date du 2 octobre 2017, Madame la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, ont annoncé la quatrième vague d’appel à projets « Recherche Hospitalo-Universitaire en santé » (RHU) et « l’alignement du calendrier de l’appel à projets Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU) sur celui de la RHU ».

La CPU désapprouve fermement la décision non concertée prise par les ministres de reporter à « une date ultérieure », et sans autre précision, le dépôt des projets IHU, la baisse à 100 M€ de l’enveloppe, dont le montant initial s’élevait à 200 M€, et le nombre de projets financés, deux au lieu de trois prévus à l’origine.

Outre la brutalité de la remise en cause des « règles du jeu » induite par la baisse drastique des financements, il y a là un manque de respect inédit pour le travail de chercheurs et des personnels qui ont consacré beaucoup de leur temps et de leur énergie à la construction de ces projets depuis des mois et qui s’apprêtaient à déposer le fruit de leur travail.

Cette manière de faire est inacceptable et suscitera inévitablement découragement, lassitude et défiance des chercheurs. Elle ne peut que contribuer à déstabiliser la recherche dans notre pays.

La CPU souhaite réaffirmer le rôle des universités dans les dispositifs RHU et IHU et demande instamment aux deux ministres de reconsidérer cette quatrième vague d’appel à projets en réattribuant l’enveloppe prévue et en déterminant une date pour que les dossiers soient déposés avant la fin 2017.

Sur le même thème

22 juin 2017

La Conférence des Présidents d’Université s’émeut des conditions dans lesquelles se déroulent les ECNi, conduisant à l’annulation d’épreuves...

12 avril 2017

La Conférence des présidents d’université (CPU) appelle les acteurs à poursuivre en bonne intelligence les travaux relatifs à la réforme du 3ème cycle des études médicales.