Santé et désordres de l'information : impacts et solutions

La santé publique est particulièrement touchée par le fléau des désordres de l’information et c’est aussi dans ce domaine que les conséquences sont parmi les plus dangereuses. Les fake news et la fake science en matière de santé remettent en cause à la fois les traitements, la recherche, le rôle même du médecin et de l’institution sanitaire publique. Des anti-vaccins, qui mettent en danger leur propre vie mais aussi celle d’autrui, aux adversaires militant.e.s de l’allopathie, l’instrumentalisation des peurs, des fragilités des malades et de leur famille s’inscrit dans un véritable combat contre la recherche et les personnels de santé.

Si le refus de soins propre aux dérives sectaires et aux charlatanismes n’est certes pas nouveau, quand le soupçon permanent remplace le doute scientifique, quand chacune et chacun peut se proclamer « expert.e », quand certains défenseurs des médecines parallèles instrumentalisent la biologie et jettent l’opprobre sur le système de santé dans son ensemble, les conditions sont réunies pour une manipulation à grande échelle – rappelons également que les angoisses et métaphores médicales nourrissent les idéologies politiques les plus extrémistes.

Et quand celles et ceux qui dénoncent les dégâts sur la santé d’une pollution organisée sont bâillonnés, quand les dommages environnementaux de certaines productions chimiques font l’objet de dénégations de la part de responsables publics et privés du fait du poids des lobbies, la confiance dans l’institution, déjà affaiblie, ne peut que s’effriter un peu plus.

Enseignant.e.s-chercheur.se.s, praticien.ne.s, patient.e.s et citoyen.ne.s sont à la fois les victimes des désordres de l’information en santé et les acteurs et actrices du combat contre ces derniers. Des corrélations peuvent-elles être établies entre la diffusion des fake news, de la fake science, des faux savoirs et l’augmentation des cas de maladies ˗ notamment ˗ infectieuses ? Quels systèmes de prévention des fake news en santé peut-on mettre en place ? Comment instaurer des circuits d’information vérifiables, y compris en dehors de la communauté scientifique et médicale stricto sensu ? Alors que la réforme des études de santé est en débat, comment inscrire ce sujet dans la formation des futurs médecins ? Comment associer les patient.e.s, leur vécu et leur expertise, dans une gouvernance élargie sur ce sujet ?

Ce colloque, le quatrième d’une série entamée en 2016 par la CPU, se concentrera sur les impacts, pour la santé publique, des désordres de l’information, ainsi que sur les différents leviers mobilisables, aujourd’hui et demain, afin de répondre à cet immense défi sociétal.

Inscriptions obligatoires : cristina.joaquim@cpu.fr

Crédit photo : Conférence des présidents d ‘université – Centre de simulation en santé de l’Université de Franche Comté

Sur le même thème

29 mai 2019

Faire connaître à tous l’immense potentiel des laboratoires de recherche dans les universités...

21 mai 2019

La finale nationale 2019 du concours « Ma thèse en 180 secondes », se déroulera le 13 juin prochain à 18h30...