Recherche et formation universitaires au défi des enjeux climatiques

Deux jours après la parution d’une tribune dans Le Monde, signée par l’ensemble des acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dont la CPU, celle-ci se réjouit de la proposition de loi portée par près de 80 députés dont Delphine Batho, Cédric Villani et Matthieu Orphelin. Cette proposition de loi vise à généraliser l’enseignement des enjeux liés au changement climatique durant toute la scolarité, de l’école aux établissements d’enseignement supérieur.

Les universités, responsables et engagées, sont mobilisées sur ces enjeux depuis plusieurs années, à travers leurs projets de recherche et leur offre de formation.

L’Université de Montpellier est, par exemple, à la première place du podium des meilleures universités mondiales en matière d’écologie dans le classement de Shanghaï. L’Université Paul-Valérie Montpellier 3 est, quant à elle, la première université d’Occitanie labellisée DDRS.

La CPU a établi un Plan d’efficacité énergétique des campus (PEEC2030) et s’investit, par ses membres, pour que les étudiants soient, au quotidien, dans un environnement propice à l’engagement dans le champ du développement durable exemplaire.

La CPU sera force de proposition auprès des parlementaires qui porteront cette proposition de loi et accompagnera leur travail afin que soient respectées les libertés académiques et l’autonomie des universités.

D’autres véhicules législatifs comme le projet de loi de finances et la loi de programmation pluriannuelle de la recherche prévus en 2020 devront permettre de donner à la recherche universitaire les moyens nécessaires pour faire avancer la science sur ces questions essentielles. La CPU sera particulièrement attentive au moment du débat parlementaire et des votes qui en marqueront l’aboutissement.

 

« Les universités et grandes écoles doivent intégrer l’urgence climatique dans leur stratégie ».
Tribune dans le Monde du 16 septembre. En accès libre sur cpu.fr

Sur le même thème

21 octobre 2019

La Consultation nationale étudiante permet de mesurer tous les deux ans la perception des enjeux du développement durable par les étudiants.