Projet « Sense City » : à l’université Paris-Est, on prépare la ville du futur

“Sense city” est un équipement d’excellence destiné à valider les technologies qui contribuent à rendre nos villes plus durables. Le 11 avril dernier, le consortium « Sense City » a posé la première pierre de cet équipement : la grande halle climatique mobile qui s’élèvera bientôt à Champs-sur-Marne, au cœur du cluster Descartes, de l’université Paris-Est et du pôle d’excellence de la Ville durable du Grand Paris.

En réalisant ce projet, le consortium « Sense City » (1) entend répondre aux évolutions majeures opérées par le changement climatique sur le fonctionnement de nos écosystèmes urbains. Le projet propose ainsi de valider des solutions techniques qui permettront de mitiger l’impact de l’urbanisation croissante de nos sociétés sur les personnes et l’environnement. Le projet est construit en deux temps.

Une « mini ville » opérationnelle

Né dans le cadre de la première vague d’appel à projets des investissements d’avenir lancé en 2010, « Sense city » a inauguré en mars 2015 son premier scénario urbain, la « mini ville communicante » intelligente. Cette plateforme en plein air de 250 m², organisée autour de chalets en bois et d’un tronçon routier, accueille déjà plus de 100 capteurs. « Il s’agit de rendre la ville capable de se mesurer elle-même », indique Bérangère Lebental, coordinatrice du projet. Pour ce faire, des capteurs ont été positionnés dans la « mini ville », afin de mesurer notamment les performances énergétiques des bâtiments, la qualité de l’air extérieur et intérieur, le passage des véhicules… Il s’agit de comprendre les phénomènes urbains puis d’agir sur eux pour assurer que la ville fonctionne mieux et pour préserver les ressources. Mais cette « mini-ville communicante » fonctionne en extérieur, ce qui ne permet pas de contrôler les conditions climatiques environnementales. Elle est donc vouée à être remplacée par la Grande halle climatique.

Vers l’élaboration de la grande halle climatique

A l’intérieur de cette grande halle climatique, située à Champs sur Marne, à une cinquantaine de mettre de la « mini ville » actuelle, les chercheurs pourront créer des conditions climatiques spécifiques et différenciées (reconstitution de conditions saisonnières,, de pics de pollutions, de pluies torrentielles), afin de voir comment la ville réagit. Elle permettra aussi de tester de nouvelles solutions techniques, élaborées en laboratoire et de valider leur influence sur l’environnement et le bien-être urbain. « Notre objectif est de faciliter l’arrivée sur le marché des nouvelles technologies pour la ville durable, en particulier tout ce qui est solutions de mesures de la ville pour des applications à la ville durable », indique Bérangère Lebental.

Le projet finalisé devrait voir le jour fin 2017. Il s’inscrit pleinement dans les politiques nationales pour le développement durable.

(1) : le consortium « Sense City » comprend la Comue Université Paris-Est, l’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), l’ESIEE Paris, le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), le Laboratoire de Physique des Interfaces et des Couches Minces (LPICM), l’Inria, l’Ecole Polytechnique et l’Université Paris-Est-Marne-la Vallée.

Consultez le site dédié au projet « Sense City »

Crédits photo : Ilimelgo

Sur le même thème

14 novembre 2017

Le 14 novembre 2017, la 5e assemblée annuelle des référents DD&RS de l’enseignement supérieur ...

14 novembre 2017

14 territoires universitaires engagés face aux enjeux de la transition énergétique et écologique du 27 novembre au 4 décembre !