Prix Irène Joliot-Curie 2014 : Hélène Olivier-Bourbigou, « femme scientifique de l’année »

19 novembre 2014

On en parle

Le 18 novembre dernier, Hélène Olivier-Bourbigou a reçu le prix Irène Joliot-Curie dans la catégorie « femme scientifique de l’année ». Elle est récompensée pour ses travaux dans le domaine de la catalyse homogène, menés avec une double approche académique et industrielle.

Créé en 2001, le prix Irène Joliot-Curie a pour objectif de promouvoir la place de la femme dans la recherche et la technologie en France. Cette année, le prix « femme scientifique de l’année » est décerné à Hélène Olivier-Bourbigou, chef de département à l’IFP Energies nouvelles (IFPEN). Diplômée de l’Ecole nationale de chimie de Rennes, docteur en Chimie de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), elle travaille à l’IFPEN depuis 1989 et en dirige le département catalyseur moléculaire à Lyon depuis 2002.
Les travaux de son départements visent à mettre au point des procédés de catalyse « plus respectueux de l’environnement et plus économiques ». « Le catalyseur est un principe de la chimie durable puisqu’il  va permettre d’utiliser moins de matière et mieux, de faire moins de produits secondaires, et donc de préserver la ressource fossile », indique-elle sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une démarche qui «  la passionne parce que c’est un enjeu stratégique, qui répond à un besoin de la société et de l’environnement, mais qui est aussi économique ».

Deux autres femmes récompensées
Le prix de la « jeune femme scientifique » a quant à lui été décerné à Virginie Orgogozo, chargée de recherche de première classe au CNRS en biologie de l’évolution et directrice depuis 2010 d’une équipe de recherche sur l’évolution des drosophiles à l’Institut Jacques-Monod à Paris (CNRS-Université Paris-Diderot). Elle est récompensée pour ses travaux d’analyse sur les mutations responsables de changements apparus au cours de l’évolution de plusieurs espèces de mouches drosophiles.

Séverine Sigrist remporte le prix « parcours femme entreprise ». Docteur en biologie cellulaire et neurosciences de l’université de Strasbourg, elle travaille depuis 2002 au Centre européen d’étude du diabète (Ceed). Elle y développe de nouvelles voies thérapeutiques et s’est investie dans la création d’une start-up pour les rendre opérationnelles à court terme.

Les prix ont été remis aux trois lauréates le 18 novembre dernier par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche.

Crédit photo : MENESR/XR Pictures

Sur le même thème

12 novembre 2021

Les prochaines années seront déterminantes pour prévenir un réchauffement du climat supérieur à 2 degrés à l’horizon 2050.