Plan Juncker : les universités et la Caisse des Dépôts se mobilisent

Le 1er octobre dernier, la CPU et la Caisse des Dépôts ont tenu un séminaire sur la mise en œuvre du plan Juncker, dans les locaux de la CPU. L’objectif : informer les universités des opportunités d’investissement qui découlent de ce plan.

Une opportunité pour les universités

Au moment où les financements publics nationaux se réduisent, il est stratégique pour les établissements de se mobiliser pour pouvoir bénéficier de ce plan d’investissement européen.

Le plan Juncker représente 21 milliards d’euros de garanties et prêts via le Fonds européen d’investissements stratégiques (FEIS) avec un effet de levier attendu via la participation du secteur privé à hauteur de 315 milliards d’euros. Le fonds sera opéré par la Banque Publique d’Investissement (BEI). Au niveau français, la Caisse des Dépôts et BpiFrance ont doté le fonds de 8 milliards d’euros supplémentaires pour prolonger les effets de ce plan auprès des acteurs nationaux. La Caisse des Dépôts interviendra en plus de cela en ingénierie pour accompagner les porteurs de projets.

Pour que les opérations d’investissements plus modestes, portées notamment par les universités, puissent bénéficier du programme, elles pourront s’appuyer sur des plates-formes de conseil en investissement existantes ou à mettre en place. Ces plates-formes thématiques s’appuieront sur l’expertise et les services de conseil existants fournis par la BEI et la Commission européenne. Elles pourront recourir à des partenariats contractuels pour coopérer avec les banques ou les institutions nationales de développement ou avec les autorités chargées de la gestion. Les plates-formes ont vocation à offrir aux promoteurs publics et privés tout le soutien technique et financier dont ils ont besoin.

Un séminaire de travail

Au cours de cette demi-journée, près de 70 participants se sont répartis dans différents ateliers : logement et vie étudiante, infrastructures très haut débit, infrastructures de services innovants ou ouvrant vers de nouvelles méthodes pédagogiques, de recherche et de transferts, et rénovation énergétique du patrimoine immobilier.

Dans les ateliers, les échanges ont déjà permis d’envisager des pistes sérieuses :

– Le renforcement et le développement des réseaux numériques et régionaux ;
– L’organisation d’une plate-forme portant sur des infrastructures de services innovants dans le domaine de l’enseignement supérieur ;
– La structuration d’un fonds dédiés à la rénovation énergétique des bâtiments pour lequel la CPU pourrait appuyer la mise en place …

Ces échanges devront être approfondis et portés auprès de la BEI en s’appuyant notamment sur l’ingénierie apportée par les équipes de la Caisse des Dépôts.

Lire l’interview d’Hervé Allègre, de la Caisse des Dépôts, sur ce site

Sur le même thème

6 mai 2016

La CPU tient à féliciter pleinement les projets confirmés, chacun sait la somme de travail, d’implication, de pugnacité qu’un tel succès représent

30 septembre 2015

Pour informer les universités des opportunités d’investissements qui découlent du plan Juncker, la CPU, en partenariat avec la Caisse des dépôts, organise un séminaire...