Plan de relance : très grande réactivité des universités pour la rénovation énergétique de leur patrimoine

­­Après l’annonce ce mardi 20 octobre par le Gouvernement des premières remontées de l’appel à projet pour la rénovation énergétique des bâtiments publics de l’État dans le cadre de France Relance, la Conférence des présidents d’université (CPU) se félicite de la grande réactivité des universités et de leur engagement à soutenir la relance économique dans les territoires.

En effet, les très nombreux projets proposés par les établissements de l’enseignement supérieur et la recherche dans des délais records, au moment de la clôture de l’appel, s’élèvent à plus de 3,7 milliards d’euros.

Cet excellent volume de réponse témoigne à la fois du degré de préparation des universités sur ce sujet, de la mobilisation de la CPU en préparation du plan de relance, mais également de l’urgence de la rénovation de leur patrimoine.

La rénovation des bâtiments universitaires que le plan de relance permettra d’engager, doit avoir pour ambition de transformer les usages et d’ouvrir la voie vers des écocampus [1].

Depuis 2017, la CPU accompagne en effet les universités vers la rénovation énergétique et écologique de leurs bâtiments, avec la création d’un programme pilote, décrivant les leviers d’une transition réussie (programme d’efficacité énergétique des campus, « PEEC 2030 »). Si dix sites pilotes étaient à l’initiative de cette démarche, les réponses des universités à l’appel à projet du plan de relance montrent que ce programme pilote a vocation à s’élargir à l’ensemble des établissements qui ont manifesté leur souhait de rejoindre le processus de transformation des campus, et partant, à l’ensemble du territoire.

Débute désormais une période d’examen des projets par les équipes de la Direction de l’Immobilier de l’État (D.I.E.) et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour les projets universitaires. Les réponses sont attendues début décembre.

Puisqu’il n’existe pas d’enveloppe spécifique aux universités dans cet appel à projet, la CPU sera attentive à la place des universités dans le résultat final, certaine que les établissements du supérieur sauront démontrer à la fois leur fort impact sur la consommation énergétique, et la capacité des équipes à les conduire rapidement.

[1] Les Ecocampus affirment le rôle structurant des établissements d’enseignement supérieur et de recherche en tant qu’acteurs des transitions écologique et sociétale dans leur mission de formation, de recherche, de vie de campus, et d’acteur au sein de leur territoire.