Pierre Mutzenhardt : président de la commission de la recherche et de l’innovation

Pierre Mutzenhardt, président de l’université de Lorraine, a été élu président de la commission de la recherche et de l’innovation de la CPU, le 15 décembre dernier, aux côtés de ses deux vice-présidentes, Christine Clérici, présidente de l’université Paris-Diderot et Lise Dumasy, présidente de l’université Grenoble Alpes. Un autre vice-président devrait être élu par les membres de la commission dans le courant du mois de janvier.

Né en 1966, Pierre Mutzenhardt est professeur spécialiste de résonnance magnétique nucléaire. Il commence sa carrière à l’université Henri Poincaré en 1991. Il est vice-président du conseil scientifique et maître de conférences entre 1994 et 2000. Il a été chercheur invité au National High Magnetic Field Laboratory aux États-Unis, en 1996. Il est également l’auteur ou le coauteur d’une soixantaine d’articles ou ouvrages scientifiques.

Il a exercé plusieurs mandats comme membre du conseil économique et social de Lorraine depuis 2007, membre du bureau du groupe d’études en résonance magnétique (2007-2011), et comme expert pour l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (2006-2011).
Entre 2000 et 2005, Pierre Mutzenhardt a été responsable de l’antenne de la faculté des sciences et techniques à Bar-le-Duc.

Depuis le 25 mai 2012, il est président de l’université de Lorraine.

Son implication à la CPU

Pierre Mutzenhardt est président de la commission de la recherche et de l’innovation de la CPU depuis décembre 2014. Il s’est particulièrement impliqué sur les questions de réforme des études doctorales, sur la relation avec les organismes de recherche, sur la libre diffusion des données de la recherche, sur la thématique de l’intégrité scientifique, et sur la définition et le suivi des programmes d’investissement d’avenir (PIA) liés à la recherche.

Sur le même thème

3 juillet 2017

« Si la France fait partie des grandes puissances mondiales, c’est à l’excellence de notre éducation, de notre enseignement supérieur, de notre recherche qu’elle le doit »