Pétition contre la purge et l’intimidation dans l’Education et l’Enseignement supérieur turcs

26 juillet 2016

On en parle

A la date du 26 juillet, plus de 1000 personnes ont signé la pétition lancée par la CPU pour soutenir la communauté éducative, universitaire et scientifique turque.

Nous vous invitons à continuer à la signer et la diffuser sur les réseaux sociaux en cliquant ici.


Texte de la pétition :

La « purge » se poursuit en Turquie…  Le président Erdogan a multiplié le nombre de limogeages et fait fermer une quinzaine d’universités.

La pétition lancée sur Change demandant la réaction des responsables européens a déjà recueilli plus de 1100 signatures et nous vous en remercions. Nous vous invitons à continuer à la diffuser sur les réseaux sociaux.

Depuis les évènements du vendredi 15 juillet, le président Recep Tayyip Erdogan ne cesse d’effectuer un « grand nettoyage » au sein de la société turque publique.

Ce sont désormais près de 22 000 fonctionnaires du ministère de l’Éducation qui ont été suspendus.

Pour le YÖK, Conseil de l’enseignement supérieur turc, « la tentative de coup d’État a fourni un message fort qui porte à croire qu’un responsable clandestin et son organisation armée ont infiltré l’ensemble des niveaux de l’Enseignement supérieur et que cette organisation clandestine a établi des liens fort avec les écoles et les universités à travers tout le pays ».

Par décret en date du 23 juillet, le président Erdogan a annoncé la fermeture de 15 universités, de plus de 1 043 établissements scolaires privés, de 35 établissements médicaux. 1 577 doyens ont été démis de leur fonction.

Au total, ce sont près de 60 000 personnes qui ont été arrêtées, suspendues ou limogées, dont pas moins de 42 000 dans l’enseignement public ou privé. 13 000 d’entre elles ont été placées en garde à vue et 5 800 ont déjà été mises en détention depuis les évènements. Plus d’une quarantaine de journalistes sont actuellement visés par des mandats d’arrêt.

Nous, chercheurs, directeurs, doyens, étudiants, personnels, présidents d’université et vice-présidents, professeurs, recteurs, universitaires, citoyens…, porteurs de valeurs académiques et humanistes d’échange, de respect et de libertés, dénonçons la mise en place de cette « démocrature » et apportons notre plein soutien à l’ensemble de la communauté universitaire et éducative turque. L’Enseignement supérieur, quel qu’il soit, doit reposer sur un principe inaliénable : l’indépendance de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique.

Nous exigeons du Conseil européen et des différents gouvernements des États membres de l’Union européenne qu’ils prennent toutes les mesures nécessaires pour garantir les droits fondamentaux dont les libertés d’expression et de mouvement, assurer la défense des libertés académiques et le pluralisme scientifique en Turquie. Nous demandons à l’ensemble des acteurs européens de protéger le capital scientifique de la Turquie et de préserver les conditions de son développement.

Pour soutenir la communauté éducative, universitaire et scientifique turque, signons et diffusons la pétition, première étape d’une mobilisation plus forte en faveur des droits fondamentaux en Turquie.

Retrouvez les communiqués de la CPU et de l’EUA

 

Sur le même thème

27 novembre 2017

La CPU s’alarme une nouvelle fois de la situation de nombreux universitaires turcs dont les droits à l’expression lui apparaissent bafoués et des entraves posées à leurs libertés.