« NeRestePasSeule » : une campagne de communication pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes dans l’ESR

23 novembre 2021

CPU Infos

Dans le cadre du plan national d’action contre les violences sexuelles et sexistes dans l’ESR, dévoilé par Frédérique Vidal, en octobre dernier, la Fédération nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (FNCIDFF) a lancé la campagne #NeRestePasSeule destinée à toucher le plus de monde possible dans l’ESR: les étudiantes, mais aussi les acteur.rice.s de l’Enseignement supérieur (professeur·e·s, assistant·e·s sociaux·ales, psychologues, référent·e·s égalité, personnel, etc.

Chaque année, 1 étudiante sur 20 est victime de viol et 1 étudiante sur 10 est victime de violences sexuelles. 

Face à ce constat alarmant, le MESRI et le ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes ont lancé une nouvelle étape dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans l’Enseignement supérieur, à travers un  plan national d’action.

Fruit des réflexions d’un groupe de travail mis en place au Printemps 2021 avec les deux ministères et les quatre conférences d’établissements du Supérieur, dont la Conférence des présidents d’université, le plan d’action du Gouvernement s’organise autour de quatre grands axes :

  • Un plan de formation et de sensibilisation massif, pour toute la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
  • Un renforcement des dispositifs de signalement et de leur fonctionnement ;
  • Une communication renforcée : prévenir, se sentir concerné, mieux connaître ;
  • La valorisation de l’engagement des étudiantes et des étudiants, ainsi que des personnels.

« NeRestePasSeule » : une campagne qui dénonce et qui donne des clés

Pour appuyer l’action du Gouvernement, la Fédération nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles lance une campagne qui vise à dénoncer, à travers quatre visuels, les différentes formes de
violences subies par les étudiantes : harcèlement sexuel, cybercontrôle, agressions sexuelles
et viol. Elle rappelle la manière dont la loi protège. Enfin, elle incite les victimes à demander de
l’aide auprès de la cellule d’écoute de l’établissement et/ou auprès du CIDFF le plus proche.

La campagne s’appuie aussi sur des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ainsi que sur des flyers et affiches transmis aux établissements, en partenariat avec des universités, des grandes écoles, des associations féministes et des associations étudiantes.

Tous les établissements sont invités à relayer largement cette campagne au sein de leurs locaux et sur les réseaux sociaux. Vous pouvez retrouver l’ensemble des outils de communication sur le site de la FNCIDFF.