MT180 : Le français Philippe Le Bouteiller, Prix du public et 2ème prix du jury de la finale internationale à Lausanne

Comme à son habitude, Philippe Le Bouteiller a fait preuve de talent et d’humour, le 27 septembre dernier, à l’Université de Lausanne. Avec sa prestation sur les ondes sismiques, ce doctorant de la Communauté Université Grenoble Alpes, a su conquérir le cœur du public et du jury. « Rendre accessible la science me semble fondamental pour la société », indiquait Philippe dans son portrait à lire sur ce site. C’est à présent chose faite. Un grand bravo !

« Approche eulérienne de l’équation de Hamilton-Jacobi par une méthode Galerkin discontinue en milieu hétérogène anisotrope. Application à l’imagerie sismique ». En mêlant humour, poésie, et références culturelles, Philippe Le Bouteiller a donné à voir de quelle façon les ondes sismiques pouvaient nous donner des informations sur les couches terrestres grâce à « des codes de calcul haute performance » qui permettent une précision « 1000 fois supérieure aux méthodes de calcul déjà existantes » : des clés pour mieux comprendre les risques naturels majeurs liés aux séismes ou aux volcans, et pour anticiper la disparition des ressources naturelles stratégiques.

Le Palmarès complet de la finale :

Premier prix : Mme Geneviève Zabré, Université de Ouagadougou (Burkina Faso): «Utilisation des plantes médicinales dans la lutte contre le méthane émis par les ruminants: cas des ovins»

Deuxième prix : M. Philippe Le Bouteiller, Communauté Université Grenoble Alpes (France): «Approche eulérienne de Hamilton-Jacobi par une méthode Galerkin discontinue en milieu hétérogène anisotrope. Application à l’imagerie sismique »

Troisième prix : Mme Veronica Hagi, Université «Ovidius» de Constanta (Roumanie): «La biographie linguistique, un outil didactique plurivalent»

Toutes les personnes présentes dans l’assistance ont également pu voter pour attribuer le prix du public, qui est revenu à M. Philippe LE BOUTEILLER.

Cette année, c’était la Suisse qui accueillait la finale internationale le 27 septembre. 18 candidats issus de 18 pays se sont retrouvés sur la scène de l’auditoire Erna-Hamburger à l’Université de Lausanne pour présenter leur thèse devant le grand public.

Organisé depuis cinq ans en France par la CPU et le CNRS, le concours de vulgarisation scientifique propose aux doctorants de présenter leur sujet de recherche en français et en 3 minutes seulement !

 

 

Sur le même thème

8 novembre 2018

A l’occasion du lancement de « l’année de la chimie de l’école à l’université »...

5 octobre 2018

Le 6 octobre, s’ouvre l’édition 2018 de la Fête de la science...