Mathias Bernard : président de la commission Vie étudiante et Vie de campus

Mathias Bernard, président de université Clermont Auvergne a été élu président de la commission Vie étudiante et Vie de campus, le 15 décembre dernier, aux côtés de ses deux vice-présidents, Philippe Vendrix, président de l’université François-Rabelais de Tours et Brigitte Pradin, directrice de l’Institut National universitaire Champollion d’Albi.

Né en 1969, Mathias Bernard est ancien élève de l’école Normale supérieure (promotion L1988) et agrégé d’histoire (1991). En 1995, il soutient, à Paris 4, un doctorat d’histoire politique contemporaine puis, en 2003, une habilitation à diriger des recherches sur les relations entre droite libérale et droite nationale de l’Affaire Dreyfus à nos jours.

Il enseigne en tant que maître de conférences (1996-2004), puis comme professeur des universités (depuis 2004) à l’université Blaise-Pascal de Clermont Ferrand. Il est doyen de l’UFR lettres, langues et sciences humaines de 2006 à 2012 et dirige, entre 1997 et 2002, le département histoire de l’université Blaise-Pascal.

Elu président de l’université Blaise-Pascal depuis mars 2012, réélu en avril 2016, il a notamment porté le projet de fusion des deux Universités de Clermont-Ferrand (Université d’Auvergne et Université Blaise-Pascal). Il est élu, le 16 décembre 2016, à la présidence de l’université Clermont-Auvergne, issue de cette fusion.

Son implication à la CPU

Mathias Bernard a pris une première fois la présidence de la commission Vie étudiante et Vie de campus de la CPU, le 16 juin 2016, après en avoir été le vice-président de 2012 à 2016. Il est réélu le 15 décembre dernier. Il s’est notamment fortement impliqué dans la conduite du colloque annuel « Campus en mouvement », qui a eu lieu à Orléans en mai 2016, dans la réalisation d’une étude de comparaison internationale (benchmark) sur des modèles économiques innovants et des exemples étrangers de financements pour améliorer la vie de campus, éditée en décembre 2016, ainsi que dans le suivi des travaux de l’Observatoire de la Vie Etudiante.

Sur le même thème

3 juillet 2017

« Si la France fait partie des grandes puissances mondiales, c’est à l’excellence de notre éducation, de notre enseignement supérieur, de notre recherche qu’elle le doit »