Massacre de Garissa : un an après, le regard d’une ancienne étudiante

148 morts dont 142 étudiants : c’était le triste bilan de l’attaque meurtrière perpétrée le 2 avril 2015 à l’université de Garissa, au Kenya, par un commando islamiste « les shebabs ».
Wakanyi Olivia Njoroge, étudiante jusqu’en novembre 2014 à l’université de Bordeaux en « ingénierie et maintenance aéronautique » est franco-kényane. Suite aux attentats, elle réalise un travail d’inventaire de ce qui s’est dit sur le sujet dans la presse française ainsi que dans la presse kényane. Elle met par ailleurs en lumière les actions de solidarité visibles pour rendre hommage aux victimes.

Un an après le massacre, le 2 avril 2016, la communauté kényane a commémoré l’évènement : de nombreuses actions ont été recensées au Kenya : inauguration d’un mémorial, course à la mémoire des victimes à Garissa, veillées aux chandelles à Garissa et à Nairobi organisées par une cinquantaine d’écoles et d’université…

Télécharger le travail de Wakanyi Olivia Njoroge (format PDF)

Lire le communiqué de la CPU suite au massacre, sur ce site

Lire le portrait de Béatrice Gitaka, étudiante kényane, sur ce site

Lire l’article sur la réouverture de l’université de Garissa, 9 mois après l’attaque, sur ce site

Sur le même thème

4 mai 2018

À plusieurs reprises depuis 2016, la Conférence des Présidents d’Université a exprimé sa position sur la situation universitaire en Turquie. La CPU porte...

26 mars 2018

Le Canada compte plus d’un million de francophones hors du Québec. Depuis plusieurs années ...