Ma thèse en 180 secondes : Tom MÉBARKI, d'Aix-Marseille Provence Méditerranée, s’envolera à Dakar le 26 septembre

Félicitations à Tom Mébarki, d’Aix Marseille Provence Méditerranée, premier prix du jury et prix du public, à Leah VANDEVEER, de Bordeaux – La Rochelle – Pau, deuxième prix du jury et à Apolline CHABENAT, de Normandie Université, troisième prix du jury, qui se sont illustrés lors de la finale nationale de « Ma thèse en 180 secondes », qui s’est déroulée le 13 juin dernier, sur la scène de la MC2 de Grenoble. Avec plus de 900 personnes venues applaudir les prestations des 16 finalistes cette sixième édition confirme le succès du concours, qui s’inscrit désormais dans les rendez-vous incontournables de la recherche française.


Le concours est l’occasion de montrer la qualité, mais aussi la diversité des thèmes de recherche. Pour cette édition, les sujets de thèse étaient variés, allant de la médecine à la musicologie en passant par l’archéologie, l’écologie, la biochimie, la chimie, l’histoire, ou encore la mécanique des structures.

Organisée par la Conférence des présidents d’université (CPU) et le CNRS, avec le soutien de la Communauté Université Grenoble Alpes, la finale nationale a permis à 16 doctorants venus de toute la France de présenter en public leur sujet de thèse en trois minutes. Elle était parrainée par Bertrand Perier, avocat renommé et spécialiste de l’éloquence.

Pour rappel, après les finales régionales qui se sont déroulées dans chaque regroupement universitaire, la demi-finale a eu lieu à Boulogne-Billancourt, le 5 avril dernier, avec les 56 candidats présélectionnés. Moment d’excellence et de convivialité, elle a permis la désignation des 16 candidats pour cette finale nationale.

Tom Mébarki, premier prix du jury se rendra à Dakar, le 26 septembre prochain, pour la finale internationale de l’édition 2019. Dans le grand théâtre national du Sénégal, il rencontrera les candidats des 18 autres pays participants au concours.

Revoir les prestations de la finale nationale des quatre lauréats

Tom MÉBARKI, premier prix du jury et prix du public, d’Aix-Marseille Provence Méditerranée, pour sa thèse La “folie organisée” dans l’opera buffa rossinien. Vers une transhistoire du son »;

Leah VANDEVEER, du regroupement Bordeaux – La Rochelle – Pau, deuxième prix du jury, pour sa thèse « La phonologie des consonnes rares : une approche typologique »;

Apolline CHABENAT, de Normandie Université, pour sa thèse « Modification des polymorphismes liés aux défenses vis-à-vis des prédateurs par des médicaments psychotropes chez un céphalopode et un décapode ».

Revoir les prestations régionales des 16 candidats finalistes

Arthur ANGERMULLER, de l’Université Paris Seine, pour sa thèse « Estimation du délai Post-Mortem de l’os par méthodes ultrasonores » ;

Florine ECALE, de l’Université Confédérale Léonard de Vinci, pour sa thèse « Stress moléculaire du microbiote » ;

Valentin CHAPUT, de Languedoc-Roussillon Universités, pour sa thèse « Étude des voies de signalisations impliquées dans la régulation des transporteurs de nitrate aux niveaux transcriptionnel et post-traductionnel chez Arabidopsis thaliana » ;

Apolline CHABENAT, de Normandie Université, pour sa thèse « Modification des polymorphismes liés aux défenses vis-à-vis des prédateurs par des médicaments psychotropes chez un céphalopode et un décapode » ;

Sylvain LABORDE, de Normandie Université, pour sa thèse « Activité vagale cardiaque et respiration: influence sur le stress et la performance des fonctions cognitives exécutives chez le sportif » ;

Liliane SIANI, du Réseau d’établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche de Champagne-Ardenne, pour sa thèse « Le Festival de Béziers au tournant du XXe siècle : un « Bayreuth français » ? » ;

Alexandra SAUVÊTRE, de Sorbonne Université, pour sa thèse « Nouvelle méthode de révélation de traces papillaires par diffusion en spray de cyanoacrylates fluorescents à température ambiante. Dispositifs opérationnels pour les forces de l’ordre » ;

Leah VANDEVEER, de Bordeaux – La Rochelle – Pau, pour sa thèse « La phonologie des consonnes rares : une approche typologique » ;

Nicolas AUVRAY, de Université Sorbonne Paris Cité, pour sa thèse « A la recherche du pseudogap dans Nd-LSCO – Étude du diagramme de phases des cuprates par spectroscopie Raman électronique » ;

Yassin TACHIKART, de Languedoc-Roussillon Universités, pour sa thèse « Rôle du transfert mitochondrial et du microenvironnement sur le rajeunissement des cellules souches mésenchymateuses et sujets âgés appliqué à la médecine régénératrice » ;

Farah BOUHEDDA, de Alsace – Université de Strasbourg / Université de Haute-Alsace, pour sa thèse « Développement de nouveaux aptamères d’ARN fluorogènes pour la conception d’outils d’imagerie » ;

Eslem BEN AROUS, de Sorbonne Université, pour sa thèse « Chronologie des peuplements d’Homo sapiens en Afrique du Nord-Ouest au Pléistocène supérieur : approche chronologique multi-méthodes appliquées aux sites de Rabat-Témara » ;

Christophe HOAREAU, de HESAM Université, pour sa thèse « Réduction des vibrations de structures couplées à des liquides internes avec surface libre par l’utilisation de systèmes hybrides passifs/actifs » ;

Emilie HUBY, du Réseau d’établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche de Champagne-Ardenne, pour sa thèse « Caractérisation, détection et modélisation de l’effet thermique sur les matériaux de la Basilique Saint-Remi » ;

Gabriel VENET, de HESAM Université, pour sa thèse « Modélisation du comportement et identification paramétrique pour la mise en forme des matériaux métalliques massifs »;

Tom MÉBARKI, de Aix-Marseille Provence Méditerranée, pour sa thèse « La “folie organisée” dans l’opera buffa rossinien. Vers une transhistoire du son »;

Toutes les informations relatives au concours sur le site MT180

L’article « Demi-finale de MT 180 : de l’ombre à la lumière » sur ce site