Les moyens supplémentaires aux universités doivent favoriser le rattrapage et la convergence

16 septembre 2016

Position

La CPU a débattu le 15 septembre 2016 en réunion plénière de l’enveloppe de 100M€ annoncée par la ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, pour répondre à l’augmentation des effectifs dans les universités.

La CPU a à cette occasion également évoqué les postes dits Fioraso, et réitéré pour commencer son souhait que la part la plus importante des 1000 postes qui seront attribués pour la cinquième année aux universités, en 2017, soit consacrée à la politique de convergence visant à réduire les inégalités entre les établissements. Cela impliquerait notamment de réduire le nombre de postes réservés aux politiques spécifiques.

S’agissant de l’enveloppe des 100M€, elle se félicite de cette annonce, tout en rappelant qu’elle évalue pour sa part à 230M€ le montant qui eût été nécessaire pour répondre à l’augmentation des effectifs sur une année. Dans le fil de cette première décision, un rattrapage restera donc à programmer dans les prochaines années.

Elle s’accorde par ailleurs sur le fait que cette enveloppe doit être distribuée en fonction de la hausse des effectifs étudiants constatés dans les universités, tout en attirant l’attention sur l’importance du choix des critères retenus pour opérer cette répartition, afin d’éviter des effets de distorsion (prise en compte de la hausse globale, mais aussi du poids de la licence, anomalie des effectifs des étudiants MEEF sortis des statistiques des universités partenaires des ESPE …).

Sur le même thème

6 juillet 2018

Dans un contexte où les moyens font cruellement défaut pour l’enseignement supérieur et la recherche français...

6 juillet 2018

A l’heure où les universités préparent la rentrée qui verra la mise en place et la montée en puissance progressive de la loi ORE...