« Les enjeux de la recherche en France » : le 18 décembre, à l’Assemblée nationale

4 décembre 2019

Evénements

La Conférence des présidents d’université organise, le 18 décembre prochain, un séminaire consacré aux enjeux de la recherche en France, sous le haut patronage de Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale. L’évènement donnera la parole aux représentants des universités, du monde socio-économique et de la représentation nationale afin de confronter les pistes d’amélioration proposées dans le cadre du projet de loi de programmation pluriannuelle de la Recherche. Jules Hoffmann, prix Nobel de médecine en 2011, professeur de biologie intégrative à l’Institut d’études avancées de l’Université de Strasbourg et directeur de recherche émérite au CNRS sera l’invité d’honneur de cet événement.

Premier opérateur public de recherche, les universités sont concernées au premier plan par la future loi de programmation de la recherche. Depuis de nombreux mois, la CPU s’implique dans le travail autour de cette loi. Cette fois-ci, elle se rend à l’Assemblée nationale pour aller au contact des élus et de la société civile.

Contexte

L’attention portée par le Gouvernement aux moyens dévolus à la recherche française et à l’innovation constitue un enjeu primordial pour assurer une place prépondérante de la France et de l’Europe dans la production, le développement et le transfert des connaissances, contribuant ainsi à la compétitivité économique, au progrès social et au développement de la culture scientifique.

Les constats sur l’avenir de la recherche française, formulés lors de la consultation préalable au projet de loi de la programmation pluriannuelle de la recherche, imposent des mesures vigoureuses que ce soit d’ordre législatif, règlementaire ou institutionnel.

La valorisation des connaissances produites par la recherche doit conduire aussi à la réalisation et à l’exploitation de projets innovants ayant des retombées à fort impact sur la société. L’enjeu de la maîtrise des « retombées » de la recherche scientifique s’étend bien au-delà de l’innovation technologique. Celle-ci est désormais un concept large et ouvert qui s’étend à toute l’innovation sociale.

Des interventions ciblées

Le séminaire permettra de confronter les regards autour des pistes d’amélioration proposées dans le cadre du projet de loi de programmation pluriannuelle de la Recherche et voir comment celles-ci répondent aux écueils constatés et permettront de donner à la France la place qu’elle doit revendiquer dans l’Europe de la recherche.

La première table ronde sera consacrée à « l’impact de la recherche sur la société ». Présidée par Philippe Berta, député du Gard, elle donnera la parole aux représentants des universités, du monde socio-économique et de la représentation nationale. Ont été invités également à s’exprimer les organismes de recherche : Gilles Bloch, président-directeur général de l’INSERM et Bruno Sportisse, président de l’INRIA participeront aux échanges.  

La seconde partie sera consacrée au témoignage de Jules Hoffmann, prix Nobel de Médecine en 2011. Patrick LEVY, président de l’Université Grenoble Alpes présidera cette session.

La participation à ce séminaire se fait obligatoirement sur inscription, avant le 12 décembre.

Crédit photo : CPU – Université de Lorraine.

Annoncée par le Premier ministre en janvier 2019, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche devrait être débattue par les parlementaires en 2020 et entrer en application en 2021. Les débats préparatoires sont organisés autour de trois thèmes : la recherche sur projet et l’articulation entre financement compétitif et financement récurrent des laboratoires ; l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; l’innovation et la recherche partenariale.

Sur le même thème

1 juillet 2020

Pour cet « Instant Recherche #14 », et pour la première fois, la CPU s’associe à une association de recherche, Astres, dans le cadre d’un numéro spécial consacré au tourisme.