Le comité de la Transition écologique et énergétique de la CPU

5 juin 2018

Le comité de la Transition écologique et énergétique de la CPU, présidé par Olivier LABOUX, Président de l’Université de Nantes et membre du Conseil d’administration de la CPU, associe des Président.e.s d’université, des responsables en charge du développement durable, de la responsabilité sociétale, du patrimoine ou de la qualité, vice-président.e.s et chargé.e.s de mission issu.e.s des établissements membres de la CPU, ainsi que des invités permanents.
Les missions du comité sont multiples :
Conforter l’implication de la CPU dans les dispositifs de valorisation des réalisations des établissements ;
Consolider et élargir la sphère d’influence de la CPU auprès des parties prenantes ;
Valoriser les réalisations des établissements par la production de guides et supports nationaux, ainsi que de rencontres ;
Sensibiliser aux enjeux du DD&RS et du patrimoine

Missions du Comité

Conforter l’implication de la CPU dans les dispositifs de valorisation : le label DD&RS de l’enseignement supérieur, le référentiel (Plan vert) d’auto-évaluation, l’intégration des compétences DD&RS dans les formations et les métiers de l’enseignement supérieur.
Consolider et élargir la sphère d’influence de la CPU auprès des parties prenantes : la CPU a tenu à être partie prenante des COP climat et s’engage sur les ODD. Elle est membre du Comité de labellisation DD&RS et du réseau des économes de flux des universités, du Plan Bâtiment durable, de la Plateforme RSE de France Stratégie, du Conseil national de la transition écologique, du Club des organismes et établissements publics pour le DD, du conseil d’administration du Comité 21 et du réseau Vivapolis pour la ville durable ; elle collabore étroitement sur le DD&RS avec l’Association des villes universitaires de France. Les Ministères sont également des interlocuteurs privilégiés afin d’assurer la cohérence des positions prises au niveau national sur des enjeux essentiels tels que le patrimoine.
Valoriser les réalisations des établissements par la production de guides et supports nationaux, ainsi que de rencontres destinées à renforcer la position de la CPU dans le dialogue avec les parties prenantes. A titre d’exemple, la Conférence s’est fortement mobilisée lors de la COP21 pour recenser toutes les initiatives portées par l’enseignement supérieur et la recherche, Elle organise depuis 2012 des colloques internationaux (eco-campus) et publie en juin 2018 un guide sur les Objectifs de développement durable appliqués aux métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche lancé lors d’un colloque européen.
Sensibiliser aux enjeux du DD&RS : le comité, qui se réunit chaque mois, auditionne des universités innovantes sur le sujet ou des personnalités extérieures. La CPU promeut également les initiatives publiées sur le site de bonnes pratiques en matière de DD&RS

La CPU mène ainsi un ensemble d’actions :

En matière de formation

-Souligner la responsabilité des universités dans les actions de sensibilisation à destination des étudiants. Le DD&RS impactera leur vie de citoyen, et sûrement de plus en plus dans les années à venir ;
Valoriser l’offre de formation dispensée par les établissements dans le domaine du développement durable, mais aussi tout ce qui peut concourir à améliorer les connaissances dans ce domaine. Dans cette perspective, le comité de la transition écologique et énergétique de la CPU invite les établissements à recourir à Sulitest, une plateforme destinée à aider les institutions d’enseignement supérieur, les entreprises ou toute autre organisation à évaluer gratuitement le niveau des étudiants et collaborateurs en DD&RS et à leur permettre, in fine, d’améliorer l’apprentissage dans ce domaine. Plus de 600 établissements à travers le monde ont adhéré à cette plateforme et nous souhaitons que plus d’établissements français le fassent.
-Quant au Guide de compétences DD&RS, il s’adresse plus particulièrement aux responsables de formations et aux formateurs de formateurs dans les ESPE. Le guide compétences DD&RS est une initiative de la Conférence des Présidents d’universités et de la Conférence des Grandes Ecoles, auxquelles se sont associés des acteurs du monde socio-économique, des acteurs de l’enseignement supérieur et des réseaux étudiants. C’est une des mesures issues de la feuille de route de la Conférence Environnementale 2013.

Une démarche d’amélioration continue

-La CPU et la Conférence des grandes écoles ont construit une collaboration solide autour des sujets DD&RS depuis l’adoption du ‘Plan vert’ en 2010. L’appropriation du sujet par les établissements s’est poursuivie en 2017 dans l’objectif d’une plus grande visibilité des engagements pris par la communauté de l’ESR et la montée en puissance d’un label DD&RS. En 2017, 17 établissements avaient reçu ce label. Objectif 2018 : une quarantaine d’universités et écoles labellisées.

-La CPU a signé fin 2017 une charte d’engagement sur la rénovation du parc tertiaire public et privé proposée par le Plan bâtiment durable. 123 acteurs signataires, dont la CPU et 16 universités sont désormais engagés pour l’efficacité énergétique et environnementale du parc tertiaire. La CPU est membre actif du Plan, ainsi que du Conseil national de la Transition écologique du Ministère de l’écologie.

-En matière de contribution aux standards internationaux du DD&RS, et face aux enjeux environnementaux et sociaux du XXIe siècle, la CPU contribue à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Pour mieux comprendre la place du DD&RS dans les métiers de l’ESR, la Conférence des Présidents d’Université et la Conférence des Grandes Ecoles ont initié en 2017 un projet de guide sur les ODD appliqués aux métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche rendu public le 27 juin 2018 lors d’un colloque européen dédié. L’objectif est de montrer comment les fonctions et métiers d’un établissement peuvent contribuer à la mise en œuvre du DD&RS. Ce guide a pour ambition d’être un outil pour développer et valoriser l’engagement d’une université ou d’une école à travers ses missions.

En matière de recherche

La CPU est membre fondateur des Alliances de recherche AllEnvi et Ancre.
AllEnvi fédère, programme et coordonne la recherche environnementale française pour relever les grands défis sociétaux de l’alimentation, de l’eau, du climat et des territoires.
Ancre a notamment pour mission de contribuer à l’élaboration de la stratégie nationale de recherche en matière d’énergie ainsi qu’à la programmation des agences de financement dans ce domaine.

En matière de sensibilisation et de formation

-La CPU collabore avec l’AMUE pour élaborer des formations ciblées DD&RS à destination des personnels des universités.

-En 2017, la CPU renouvelle pour la 5e année consécutive son partenariat avec l’AVUF pour l’opération AGIR ENSEMBLE qui sensibilise aux enjeux du DD&RS des milliers d’étudiants et personnels sur le territoire, en partenariat avec des collectivités.

-La Conférence est également partenaire et membre des jurys de concours thématiques tels que le concours génération Développement durable du magazine La Recherche, du réseau Entreprises pour l’Environnement, ou encore les Trophées des campus responsables.

Axes en matière d’immobilier

La CPU mène une action importante auprès des pouvoirs publics pour :

A/ Elargir les outils juridiques et de financements de la rénovation du parc public au patrimoine de l’ESR
En s’appuyant sur un groupe de travail dédié avec des établissements volontaires pour travailler sur un modèle économique de la rénovation « du stock », la CPU a proposé un dispositif de financement pour rénover l’ensemble du patrimoine des universités dans les 10 prochaines années. Ce programme va de pair avec la revendication des établissements d’aller vers plus d’autonomie et de responsabilité sociétale. Des avancées sont à noter, en particulier une valorisation des actifs patrimoniaux rendus possible par un élargissement des missions des établissements. Mais des freins sont encore à lever, notamment la possibilité pour les universités d’emprunter pour financer les investissements.

B/ Favoriser la réalisation de campus démonstrateurs de la TEE
Force est de constater que les universités sont insuffisamment identifiées comme des acteurs urbains sur lesquels les collectivités pourraient s’appuyer dans la mise en œuvre de leurs ambitions en matière de ville durable. La CPU poursuit la consolidation de ses partenariats avec les réseaux des acteurs de la ville durable. La CPU sensibilise les pouvoirs publics pour que cette dimension d’expérimentation au sein des campus soit facilitée et que les universités soient d’avantage reconnues comme partenaires des politiques territoriales.

15 janvier 2019

Pour la deuxième année consécutive, la CPU propose aux universités françaises de participer au salon des tournages. Rendez-vous les 21 et 22 janvier prochains...

11 janvier 2019

Presse nationale, presse quotidienne régionale, télévision, radio, magazine, on parle de l'Université dans les médias