Le comité de la Transition écologique et énergétique de la CPU

5 juin 2018

Le comité de la Transition écologique et énergétique de la CPU, co-présidé par Annick Allaigre, Présidente de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, et Jean-Marc Ogier, Président de l’Université de La Rochelle et membre du Conseil d’administration de la CPU, se réunit chaque mois autour d’une trentaine de participants, Président.e.s d’université, responsables en charge du développement durable, de la responsabilité sociétale, du patrimoine ou de la qualité, vice-président.e.s et chargé.e.s de mission issu.e.s des établissements membres de la CPU, ainsi que des invités permanents tels que les représentants du  Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de la Caisse des Dépôts. Le réseau constitué par la CPU s’est étoffé depuis sa création en 2010, passant de 25 à plus de 270 référents début 2019, responsables en charge de la Transition écologique, du patrimoine et des enjeux liés à la responsabilité sociétale et au climat dans les établissements, répartis sur l’ensemble du territoire et représentant quasiment les 128 membres de la CPU.

1. Focus sur la FEUILLE DE ROUTE 2019 du Comité de la Transition écologique et énergétique de la CPU :

La sphère d’influence de la CPU :

La Conférence est devenue un acteur incontournable. Elle est sollicitée par de nombreux acteurs,  des think tank comme The Shift Project, des réseaux étudiant.e.s, dont les porteurs du Manifeste pour la Transition écologique, ou encore des associations françaises ou étrangères qui souhaitent tisser des liens avec l’enseignement supérieur et  la recherche comme l’Association internationale des universités (IAU), etc.

La CPU a tenu à être partie prenante des COP climat et s’est engagée très tôt en faveur des Objectifs de développement durable.

La Conférence est membre du Comité de labellisation DD&RS piloté par le réseau CIRSES (Collectif pour l’intégration du DD&RS dans l’enseignement supérieur qui compte aujourd’hui près de 130 établissements membres, universités et écoles), du réseau des économes de flux des universités, du Plan Bâtiment durable, de la Plateforme RSE de France Stratégie, du Conseil national de la transition écologique, du Club des organismes et établissements publics pour le DD, du conseil d’administration du Comité 21 et du réseau Vivapolis pour la ville durable . Elle collabore étroitement avec l’Association des villes universitaires de France sur divers sujets. Les Ministères sont également des interlocuteurs privilégiés afin d’assurer la cohérence des positions prises au niveau national sur des enjeux essentiels tels que le patrimoine.

2. Les actions programmées en 2019 :

A / La transition écologique dans l’évaluation des établissements (formation, recherche, politique d’établissement). En 2017, la CPU a pris l’initiative de demander la reconnaissance du référentiel et du label DD&RS par le HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) à la suite d’une étude d’un enseignant de l’Université Paris Dauphine et du REFEDD (Réseau français des étudiants pour le DD), sur le modèle de ce qui a été fait pour la CTI (Commission des titres d’ingénieurs). Après une analyse approfondie du Comité TEE, le conseil d’administration de la CPU a validé ces travaux qui ont été communiqués au HCERES. Ce dernier intègre désormais le développement durable dans son référentiel de l’évaluation externe des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. En 2019, le Comité a donné son aval pour la création d’un groupe de travail d’enseignants chercheurs volontaires afin d’élaborer des propositions destinées à prendre en compte le développement durable dans les référentiels formation et recherche du HCERES qui seront ensuite présentées au Conseil d’administration de la CPU.

B / Le Numérique responsable. L’Université de La Rochelle et la CPU pilotent la réalisation d’une évaluation qualitative et quantitative de l’empreinte environnementale du numérique dans les universités françaises sous forme de Livre Blanc. L’Université de La Rochelle a déjà expérimenté avec succès cette démarche au sein de 24 grandes entreprises françaises. Ce travail associe les étudiants, en particulier le REFEDD, et le Comité en charge du numérique à la CPU.

C / Objectifs de Développement Durable, formation et compétences. La CPU accompagne la réalisation du projet FECODD (Formation, Education, Compétences et Objectifs de Développement Durable) porté par le REUNIFEDD (Réseau universitaire pour le développement durable), avec le soutien du réseau des ESPE, afin d’offrir de nouveaux outils à la communauté éducative dans ses actions d’enseignement sur les ODD. Ce projet s’étend sur deux ans et comporte plusieurs étapes :

– Définition des principes et élaboration des outils de formation pour intégrer les ODD dans les cursus et dispositifs de formation
–  Analyse de retours d’expériences sur la mise en œuvre des ODD dans les cursus et dispositifs de formation
–  Organisation de séminaires de suivi-évaluation du projet
– Création d’un observatoire Formation, Education, Compétences et Objectifs de Développement Durable

D / Organisation d’un Colloque international ‘Eco-campus 4’ à Poitiers: Un colloque axé sur les Campus démonstrateurs des Transitions sur les territoires, pour poursuivre la mise en visibilité des universités en matière de contributions aux objectifs du Plan climat.
. Valoriser les interactions entre les transitions écologique, énergétiques, sociétales et numériques sur les campus, les impacts de ces transitions sur l’organisation et la gouvernance des territoires, le positionnement des acteurs et les dynamiques de collaborations ;
. Identifier les leviers et les freins pour la réussite de ces transitions sur et avec les territoires.

 

E / Réalisation d’un rapport « Mutations sociétales et compétences : quels impacts sur les employeurs, les métiers, les filières et les diplômes ? »
. Les étudiants/salariés s’interrogent sur leur avenir, leur impact sur la société et les compétences attendues par leur futur/actuel employeur
. Les employeurs s’organisent pour anticiper les mutations sociétales en cours et à venir
. Les formations sont impactées par ces mutations et leur contenu évolue ou est amené à évoluer.

 

Les missions du comité sont donc multiples :
Conforter l’implication de la CPU dans les dispositifs de valorisation des réalisations des établissements ;
Consolider et élargir la sphère d’influence de la CPU auprès des parties prenantes ;
Valoriser les réalisations des établissements par la production de guides et supports nationaux, ainsi que de rencontres ;
Sensibiliser aux enjeux du DD&RS et du patrimoine

3. La CPU a défini le périmètre de sa mission et mène des actions pluriannuelles :

Conforter l’implication de la CPU dans les dispositifs de valorisation : le label DD&RS de l’enseignement supérieur, le référentiel (Plan vert), l’intégration des compétences DD&RS dans les formations et les métiers de l’enseignement supérieur.
Consolider et élargir la sphère d’influence de la CPU auprès des parties prenantes : la CPU a tenu à être partie prenante des COP Climat et s’engage sur les Objectifs de développement durable. Elle est membre du Comité de labellisation DD&RS et du réseau des économes de flux des universités, du Plan Bâtiment durable, de la Plateforme RSE de France Stratégie, du Conseil national de la transition écologique, du Club des organismes et établissements publics pour le DD, du conseil d’administration du Comité 21 et du réseau Vivapolis pour la ville durable ; elle collabore étroitement sur le DD&RS avec l’Association des villes universitaires de France. Les Ministères sont des interlocuteurs privilégiés afin d’assurer la cohérence des positions prises au niveau national sur des enjeux essentiels tels que le patrimoine.

Valoriser les réalisations des établissements par la production d’outils et d’évènements destinées à renforcer la position de la CPU dans son dialogue avec les parties prenantes. A titre d’exemple, la Conférence s’est fortement mobilisée lors de la COP21 pour recenser toutes les initiatives portées par l’enseignement supérieur et la recherche, Elle organise depuis 2012 des colloques internationaux (Eco-campus) et publie en juin 2018 un guide sur les ODD appliqués aux métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche lancé lors d’un colloque européen.

Sensibiliser aux enjeux du DD&RS : le comité auditionne chaque mois des universités innovantes sur le sujet ou des personnalités extérieures. La CPU promeut également une plateforme dédiée aux établissements pour valoriser leurs actions.

4. La CPU promeut et accompagne des actions en matière de formation qui visent à :

-Souligner l’engagement des universités dans la sensibilisation des étudiants aux enjeux du climat et des transitions sociétales;

Valoriser l’offre de formation dispensée par les établissements dans le domaine du développement durable et concourir à l’amélioration des connaissances dans ce domaine, en collaborant sur divers projets avec les réseaux : le Collectif pour l’intégration du DD&RS dans l’ESR, le Réseau universitaire pour le développement durable, et le Réseau français des étudiants pour le développement durable. Les établissements peuvent également adhérer au dispositif proposé par le Sulitest. Similaire à un Toefl du développement durable, il permet de tester les connaissances des étudiants et d’améliorer l’apprentissage dans le domaine, comme en témoigne l’Université de Cergy-Pontoise. Plus de 600 établissements à travers le monde ont adhéré à cette plateforme et nous souhaitons que plus d’établissements français le fassent.

Le Guide de compétences DD&RS s’adresse plus particulièrement aux responsables de formations et aux formateurs de formateurs dans les ESPE. Le guide est une initiative de la CPU et de la Conférence des Grandes Ecoles, auxquelles se sont associés des acteurs  socio-économiques, des acteurs de l’enseignement supérieur et des réseaux étudiants. C’est une des mesures issues de la feuille de route de la Conférence Environnementale 2013.

5. La CPU s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue :

-La CPU et la Conférence des grandes écoles ont construit une collaboration solide autour des sujets DD&RS depuis l’adoption du ‘Plan vert’ en 2010. L’appropriation du sujet par les établissements s’est poursuivie en 2017 dans l’objectif d’une plus grande visibilité des engagements pris par la communauté de l’ESR et la montée en puissance d’un label DD&RS. En 2018, 20 établissements avaient reçu ce label dont 4 universités. Objectif 2019 : une quarantaine d’universités et écoles labellisées.

-La CPU a signé fin 2017 une charte d’engagement sur la rénovation du parc tertiaire public et privé proposée par le Plan bâtiment durable. 123 acteurs signataires, dont la CPU et 16 universités sont désormais engagés pour l’efficacité énergétique et environnementale du parc tertiaire.

-En matière de contribution aux standards internationaux du DD&RS, et face aux enjeux environnementaux et sociaux du XXIe siècle, la CPU contribue à la réalisation des Objectifs de développement durable. Pour mieux comprendre la place du DD&RS dans les métiers de l’ESR, la CPU et la Conférence des Grandes Ecoles ont initié en 2017 un projet de guide sur les ODD appliqués aux métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche rendu public le 27 juin 2018 lors d’un colloque européen dédié. L’objectif est de montrer comment les fonctions et métiers d’un établissement peuvent contribuer à la mise en œuvre du DD&RS. Ce guide a pour ambition d’être un outil de développement et de valorisation de  l’engagement d’une université ou d’une école à travers ses missions.

-La CPU collabore avec l’AMUE pour élaborer des formations ciblées DD&RS à destination des personnels des universités.

-En 2018, la CPU renouvelle pour la 7e année consécutive son partenariat avec l’AVUF pour l’opération AGIR ENSEMBLE qui sensibilise aux enjeux du DD&RS des milliers d’étudiants et personnels sur le territoire, en partenariat avec des collectivités.

-La Conférence est également partenaire et membre des jurys de concours thématiques tels que le concours génération Développement durable du magazine La Recherche ou les Trophées des campus responsables qui ont récompensé en 2019 l’Université de Paris Nanterre pour son rucher pédagogique.

6. La CPU soutient la recherche en lien avec les Transitions (climatique, environnementale, énergétique…) :

La CPU est membre fondateur des Alliances de recherche AllEnvi et Ancre.
-AllEnvi fédère, programme et coordonne la recherche environnementale française pour relever les grands défis sociétaux de l’alimentation, de l’eau, du climat et des territoires.
-Ancre a notamment pour mission de contribuer à l’élaboration de la stratégie nationale de recherche en matière d’énergie ainsi qu’à la programmation des agences de financement dans ce domaine.

7. La CPU porte le programme PEEC 2030. Objectifs : rénover et réhabiter les campus pour relever le défis des Transitions :

Une action importante auprès des pouvoirs publics pour :

-Elargir les outils juridiques et de financement de la rénovation du parc public au patrimoine de l’ESR
En s’appuyant sur un groupe de travail dédié associant des établissements volontaires pour travailler sur un modèle économique de la rénovation « du stock », la CPU a proposé un dispositif de financement pour rénover l’ensemble du patrimoine des universités dans les 10 prochaines années. Ce programme va de pair avec la revendication des établissements d’aller vers plus d’autonomie et de responsabilité sociétale. Des avancées sont à noter, en particulier une valorisation des actifs patrimoniaux rendue possible par un élargissement des missions des établissements. Des freins sont encore à lever, notamment la possibilité pour les universités d’emprunter pour financer les investissements.

-Favoriser la réalisation de campus démonstrateurs de la TEE
Force est de constater que les universités sont insuffisamment identifiées comme des acteurs urbains sur lesquels les collectivités pourraient s’appuyer dans la mise en œuvre de leurs ambitions en matière de ville durable. La CPU poursuit la consolidation de ses partenariats avec les réseaux des acteurs de la ville durable. La CPU sensibilise les pouvoirs publics pour que cette dimension d’expérimentation au sein des campus soit facilitée et que les universités soient d’avantage reconnues comme partenaires des politiques territoriales.

Focus sur le groupe de travail ‘modèle économique de l’efficacité énergétique’ :

Outre les engagements et responsabilité sociale et environnementales portés par la CPU (décrits dans les travaux du comité TEE), celle-ci s’emploie à faire reconnaître les établissements de l’ESR comme opérateurs urbains, implantés sur l’ensemble des territoires, qui représentent une chance pour relever les défis d’un développement durable de nos sociétés. Dans un contexte d’inquiétude, voire de rejet des citoyens à assumer les contraintes de la transition écologique, les établissements de l’ESR sont à même d’accompagner les engagements climat pris par la France et de montrer la voie, en particulier pour réussir à satisfaire les obligations réglementaires votée en 2018.

C’est avec cette volonté et cette responsabilité que depuis plus d’un an un groupe de travail, constitué par la CPU et dix établissements pilotes , travaille à élaborer un modèle économique soutenable pour un plan de rénovation d’envergure nationale, désigné sous le vocable PEEC 2030 : Plan d’efficacité énergétique des campus français à horizon 2030. Le périmètre opérationnel d’un pilote qui se veut démonstrateur représentera près de 600 000 m2 rénovés. La soutenabilité économique est assurée par une optimisation d’usage des surfaces, une réduction de 50 % de la facture énergétique dès 2030, et 60% d’émissions carbone, tout en assurant une pérennité du parc universitaire pour les décennies prochaines. Un cadre méthodologique et un ensemble d’outils et de fiches retours d’expériences a été élaboré pour que chaque établissement puisse s’engager dans ce programme PEEC 2030.

Pour que chaque établissement puisse vérifier la soutenabilité économique de ces investissements, la CPU, en s’appuyant sur une équipe de recherche a développé un outil de prospective financière. En phase test auprès des établissements du pilote, cet outil indispensable mais innovant par rapport aux produits existants sur le marché, sera disponible auprès de l’ensemble des établissements de la conférence courant 2019.

Après avoir retenu l’attention de la Banque européenne d’investissement (BEI) et de la Caisse des dépôts (CDC) pour accompagner le programme PEEC 2030, la CPU négocie auprès du gouvernement et du parlement l’inscription d’un soutien dans la loi de finances 2019. Elle a en outre obtenu le soutien d’acteurs de la filière industrielle des équipements de la construction qui ont d’ores et déjà inscrit le programme PEEC 2030 en tant que projet structurant de sa feuille de route signée prochainement avec le Ministre de l’économie et des Finances.

23 mai 2019

Cette semaine et plus particulièrement ce dimanche, tous les citoyens européens sont appelés...

21 mai 2019

Il y a dix ans, une première vague d’universités accédait aux « responsabilités et compétences élargies » ...