L’apprentissage dans la fonction publique : victime collatérale de la loi Choisir son avenir professionnel ?

La formation par apprentissage s’est développée dans la fonction publique ces dernières années sur un modèle de financement différent du secteur privé. En effet, la fonction publique n’est pas soumise à la taxe d’apprentissage. L’apprentissage, comme dans le secteur privé, répond à une demande de l’Etat, de ses opérateurs ou des collectivités territoriales. Plusieurs établissements de l’enseignement supérieur ont même développé des formations pour répondre à leurs demandes spécifiques.

En l’absence d’annonce faite par le Gouvernement sur un nouveau modèle de financement des apprentis, les fonctions publiques de l’Etat, territoriales et hospitalières, sont en train de renoncer à leur campagne de recrutement pour l’année prochaine et les formations par apprentissage destinées à la fonction publique ferment au fur et à mesure. Cela va entraîner une baisse drastique du nombre d’apprentis dans le secteur public à l’opposé de la politique annoncée.

Une décision doit impérativement être prise sans délai par le Gouvernement afin de programmer des financements auprès de France compétences et sécuriser les formations par apprentissage ouvertes aux apprentis de la fonction publique. C’est la condition du développement de ce type de formations. Et ce sera la traduction de l’engagement de l’Etat lui-même dans une réforme qu’il promeut auprès du secteur privé.

 

La CPU, la CGE et la CDEFI

Sur le même thème

18 mars 2019

Suite à la concertation sur la professionnalisation, la commission FIP de la CPU souhaite préciser...

28 février 2019

La CPU déplore que la mise en oeuvre de la loi « choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018 et ses décrets d’applications remettent totalement en cause la place de l’enseignement s (...)