La transformation des études de santé : une réponse aux immenses enjeux de demain

18 septembre 2018

Le Président de la République a annoncé ce mardi 18 septembre une réforme d’ampleur de notre système de formation en santé, dans le cadre de la stratégie de transformation du système de santé.

La Conférence des Présidents d’Université (CPU), la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine, la Conférence des Doyens des Facultés de Pharmacie et la Conférence des Doyens des Facultés d’Odontologie saluent une réforme audacieuse, engagée aujourd’hui pour la rentrée 2020, de transformation de notre système de formation en santé. L’accélération de cette transformation par une stratégie nationale ambitieuse est aujourd’hui indispensable pour répondre aux grands enjeux de notre système de santé, et cela avec une cohérence affirmée.

Cette réforme intègre des mesures majeures comme la disparition du numerus clausus, de la PACES et des épreuves classantes nationales permettant l’accès au 3ème cycle des études médicales. Elle doit réduire massivement le taux d’échec, diversifier les profils des étudiants recrutés, décloisonner les études de santé, redonner confiance dans notre système de formation et répondre à la transformation des métiers et accompagner l’émergence des nouveaux métiers.

Nous devons en particulier permettre à nos étudiants de préparer leur avenir dans des conditions plus adaptées à leur exercice professionnel, aux nouveaux outils et aux nouvelles organisations pluri-professionnelles. Plus que jamais, c’est principalement dans l’Université que la Nation met sa confiance pour former et conduire au plus haut niveau chaque futur professionnel de santé.

Les universités ne se déroberont pas ; elles auront comme priorité, sans compromis possible, la qualité de l’enseignement et de l’environnement universitaire en intégrant les progrès du numérique tout en renforçant la transmission de valeurs humanistes et éthiques qui sont au cœur de l’exercice des métiers de la santé.

Nos conférences vont tout mettre en œuvre pour assurer le succès de cette réforme, attendue depuis les assises de l’Enseignement supérieur de 2012 et plus encore depuis la Grande conférence de santé de 2016. Le nouveau souffle donné à la santé doit répondre aux attentes de nos patients et de nos concitoyens. Cet élan va nécessiter une mobilisation générale de la communauté universitaire qui ne sera possible qu’avec l’engagement concret de moyens nouveaux en cohérence avec l’ambition de cette réforme qui requiert une dynamique sans précédent associant l’ensemble des universités.

Nous souhaitons engager un travail dès demain avec les ministres concernées et en concertation avec l’ensemble des acteurs conduisant à la mise en œuvre opérationnelle de toutes les mesures dans un contexte universitaire extrêmement contraint. Nous serons particulièrement vigilants à la définition des mesures relatives à l’orientation des étudiants, aux modalités de recrutement et à l’insertion professionnelle de nos futurs professionnels de santé.

Gilles ROUSSEL, Président de la Conférence des Présidents d’Université
Jean SIBILIA, Président de la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine
Corinne Taddéi-GROSS, Présidente de la Conférence des Doyens des Facultés d’Odontologie
Bernard MULLER, Président de la Conférence des Doyens des Facultés de Pharmacie

Contact presse :

Conférence des Présidents d’Université : Johanne Ferry-Dély 06 07 53 06 66 – 01 44 32 90 03 – jfd@cpu.fr

Sur le même thème

27 mars 2019

Le projet de loi de santé, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de transformation du système de santé...

18 mars 2019

Suite à la concertation sur la professionnalisation, la commission FIP de la CPU souhaite préciser...