La salle des Actes de la faculté de pharmacie de Paris : « la chapelle Sixtine de la pharmacie »

21 décembre 2016

CPU Infos

C’est un lieu d’une grande beauté qui témoigne de l’histoire des sciences pharmaceutiques françaises : un ravissement pour les yeux et d’un grand intérêt historique car on y découvre, entre autres, les portraits de ceux qui contribuèrent au développement des sciences de la pharmacie, du début du XVIIème siècle à nos jours. Zoom sur « cette chapelle Sixtine » de la pharmacie, comme se plait à le dire Olivier Lafont, président de la société d’histoire de la pharmacie.

Abritée dans la faculté de Pharmacie de Paris de l’université Paris-Descartes, avenue de l’Observatoire, dans le sixième arrondissement de Paris, la salle des Actes est aujourd’hui un lieu privilégié où se déroulent les soutenances de thèses de doctorat, les séances de l’Académie nationale de Pharmacie, celles de la Société d’Histoire de la Pharmacie et plusieurs autres manifestations de prestige.

Créée en 1803, elle est la reproduction de la Grande Salle d’Assemblée de la Communauté des Maîtres apothicaires et épiciers, puis du collège des Pharmaciens qui était à l’origine rue de l’Arbalète, dans le cinquième arrondissement. De ce lieu d’origine, l’actuelle salle des Actes a gardé la magnifique cheminée ornée d’un tableau de Simon Vouet, datée de 1640 et classée Monument historique en 1972, ainsi que l’ensemble des portraits de ceux qui marquèrent l’histoire de la pharmacie.

Sur les quatre murs de la Salle, on trouve ainsi quatre-vingt-dix portraits, représentants emblématiques des maîtres apothicaires, des maîtres en pharmacie, et des pharmaciens.

Parmi les plus célèbres, on peut citer :

– Celui de Nicolas Houel (1524-1587), qui créa une Maison de charité pour orphelins dont la communauté des Apothicaires de Paris hérita en 1624 ;
– Celui de Louis Pénicher (XVIIème siècle) qui publia trois ouvrages dont « Dissertation sur le livre de médecine de Paris » ;
– Celui de Nicolas Deyeux (1745-1837), docteur en médecine et qui fut professeur de chimie médicale à la Faculté de médecine et membre de l’Académie des sciences, du Conseil d’hygiène publique et de l’Académie de médecine ;
– Celui de J Antoine-Augustin Parmentier (1737-1813), membre de l’Académie des Sciences, inspecteur-général du Service de Santé, Premier pharmacien des Armées, premier président de la Société de pharmacie de Paris en 1803 et dont les découvertes furent immenses dans le domaine de l’alimentation, mais aussi dans celui de la vaccination où il fut un précurseur. Son portrait le présente avec à la main trois plantes qu’il a particulièrement étudiées, dont il fit l’étude chimique : la fleur de pomme de terre, le maïs et le blé.

La Salle des Actes fait partie de ce patrimoine historique et scientifique de l’Université, souvent insoupçonné et pourtant si riche. Elle témoigne de l’évolution des sciences de la pharmacie sur le plan de la recherche, mais aussi sur le plan de l’enseignement : de 10 élèves en pharmacie, au XVIIème siècle, on compte en effet aujourd’hui plus de 1000 étudiants en première année commune aux études de santé (PACES) à l’université Paris-Descartes.

NB : Le 9 décembre dernier, la CPU et la Caisse des Dépôts ont signé, dans la salle des Actes, le renouvellement de leur convention de partenariat.
Lire l’article sur ce site

Sur le même thème

13 septembre 2017

Pour la 34ème édition des Journées européennes du patrimoine, les universités proposent les 16 et 17 septembre 2017 partout en France plus de 100 évènements à destination du grand public

23 mars 2017

Le 8 mars dernier se tenait, dans les locaux de la Caisse des Dépôts, le séminaire...