La CPU, l'ANEMF et l'ISNI condamnent fermement toutes pratiques s'apparentant à du bizutage

En réaction à la publication d’un article du Monde intitulé « Comment le bizutage à la fac de médecine de Créteil a été annulé » et publié le 13 octobre, la Conférence des Présidents d’Université, l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France et l’Inter Syndicat National des Internes condamnent toutes les pratiques, aujourd’hui illégales organisées dans le cadre de la rentrée universitaire et assimilables à du bizutage.
La CPU, l’ANEMF et l’ISNI sensibilisent, depuis les lois de 1998, régulièrement les établissements, les responsables pédagogiques, les associations et les étudiants pour éviter toute dérive consistant à ce que des étudiants commettent des actes dégradants ou humiliants contre des camarades de promotion. La culture du « vivre-ensemble » d’autant plus fondamentale dans des filières à haut niveau de spécialisation, doit être promue au sein de nos établissements. La sécurité, l’encadrement, et l’accompagnement de tous les acteurs lors de la mise en place d’évènements étudiants sont les piliers d’une vie étudiante riche, durable et qui profite à tous. La « tradition » et le « folklore » ne peuvent d’aucune façon, justifier des actes issus d’une autre époque.
Nous considérons qu’il est bénéfique pour les étudiants d’avoir des moments de solidarité et d’échanges, mais dès lors que ces instants répondent aux valeurs fortes portées par l’Université : son ouverture au monde et à la diversité, son humanisme, sa liberté et son indépendance intellectuelle, institutionnelle et individuelle, sa créativité et ses responsabilités sociales, citoyennes et académiques.

Sur le même thème

3 juillet 2017

« Si la France fait partie des grandes puissances mondiales, c’est à l’excellence de notre éducation, de notre enseignement supérieur, de notre recherche qu’elle le doit »