La CPU, la CGE et la CDEFI réaffirment la nécessité de préserver les fonds de roulement

16 février 2015

Communiqués

La CPU, la CGE et la CDEFI réaffirment la nécessité de préserver les fonds de roulement des établissements d’enseignement supérieur. Au moment où chacun s’accorde à dire que l’Education est une priorité absolue en France, l’Etat s’apprête à prélever 100 millions d’euros dans les fonds de roulement des établissements d’enseignement supérieur, universités et grandes écoles, dépendant du Ministère de l’Education Nationale, de l’enseignement Supérieur et de la Recherche.

Le principe même du prélèvement envisagé s’inscrit en opposition complète avec la Stratégie Nationale de l’Enseignement Supérieur. Il nie l’autonomie des établissements, la responsabilité de leurs dirigeants, pénalise les bons gestionnaires et leur capacité à élaborer et conduire, au bénéfice des étudiants, une politique ambitieuse d’investissement favorable à la formation, la recherche et l’innovation.

La France, dont les dépenses publiques en faveur de l’Enseignement Supérieur ont baissé de 1.2 point entre 2000 et 2010 selon l’OCDE, ne peut pas hypothéquer plus longtemps l’avenir de sa jeunesse. C’est ce à quoi conduiraient les prélèvements envisagés.

Les Conférences de l’enseignement supérieur, CPU, CGE et CDEFI demandent que les fonds de roulement des établissements d’enseignement supérieur soient préservés. Elles rappellent la nécessité de sanctuariser effectivement l’enseignement supérieur dans les arbitrages.

Sur le même thème

3 juin 2016

Le bureau de la CPU a été reçu le jeudi 2 juin par le Président de la République.

8 septembre 2015

Le bureau de la Conférence des Présidents d’Université, invité à la présentation au Président de la République de la Stratégie Nationale d’Enseignement Supérieur (StraNEs), salue les pro (...)