La CPU condamne la dégradation continue des libertés académiques en Turquie et apporte son soutien à la communauté universitaire turque

18 novembre 2016

Communiqués

La CPU condamne avec la plus grande fermeté les récentes évolutions introduites par la Turquie dans les décrets du 29 octobre qui portent gravement atteinte aux valeurs universitaires et libertés académiques en mettant fin à l’élection des recteurs (présidents) d’université par leur communauté.

Il s’agit là d’une atteinte grave aux libertés académiques, qui marque une étape supplémentaire de l’entreprise de purge initiée depuis plusieurs mois par le Président Erdogan. Le 26 juillet dernier, la CPU a lancé une pétition dénonçant la décision de fermeture de 15 universités, de plus de 1 043 établissements scolaires privés, de 35 établissements médicaux et la démission de leurs fonctions de 1 577 doyens d’université. La pétition, qui a récolté près de 2000 soutiens, a été remise par M. Jean-Loup Salzmann, président de la CPU,  au vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, le 15 septembre dernier, à Bruxelles.

Les présidents d’université français, réunis ce 17 novembre en assemblée plénière, ont dénoncé avec force la décision du Président Erdogan de démettre de ses fonctions la rectrice de l’université du Bosphore, Gülay Barbarosoglu pour la remplacer par le professeur Mehmed Özkan. La professeure Barbarasoglu a été démocratiquement élue par sa communauté qui lui a accordé, le 12 juillet dernier, 348 voix sur 399. Il est inadmissible que ce vote sans équivoque ait été invalidé, et les valeurs  académiques piétinées.

La CPU souligne le travail remarquable effectué, avec constance et courage, par Gülay Babarosoglu au sein du conseil d’administration de l’EUA, dont elle est membre depuis plusieurs années, et s’associe aux condamnations et démarches engagées par l’EUA pour amener les instances européennes à agir afin d’endiguer les atteintes aux libertés académiques en Turquie.

La CPU rappelle que les universités françaises sont déterminées à offrir, avec le soutien de notre ministère, un accueil aux étudiants, enseignants chercheurs et chercheurs turcs.