Kenya : l’université de Garissa réouvre ses portes

6 janvier 2016

On en parle

9 mois après l’attaque meurtrière menée à l’université de Garissa par les shebab, commando islamiste somalien, faisant 148 morts, dont 142 étudiants de l’université, dans le nord-est du Kenya, l’établissement a réouvert ses portes, le 4 janvier dernier. Une très belle nouvelle pour le pays et pour les étudiants qui reprendront le chemin du campus dès lundi prochain.

« Un acte barbare contre le savoir et la liberté qui sont le symbole de l’Université partout dans le monde » : tels étaient les mots employés par la CPU, dans son communiqué du 7 avril 2015. Si la blessure est encore profonde, la vie reprend à l’Université de Garissa.

Un symbole porteur d’espoir

Avant le massacre, l’université accueillait 800 étudiants. Mais lundi 11 janvier, seuls soixante étudiants devraient faire leur rentrée : un beau symbole néanmoins. « Le fait que le Kenya soit la cible du terrorisme ne m’a malheureusement pas vraiment étonnée car nous avons déjà subi des attaques sur notre sol. Mais qu’un tel drame se produise dans une Université, ça, je n’aurais jamais pu l’imaginer… », déclarait Béatrice Gitaka, étudiante en Master 2 à l’université Paris 13 au moment de l’attaque.

Lire le portrait de Béatrice Gitaka sur ce site.

L’attaque de l’université de Garissa a été la plus meurtrière jamais menée au Kenya par les shebab, qui ont fait allégeance à Al-Qaïda. La plupart des victimes avait été exécutée de sang-froid.