JACES : à Lille 1, pendant trois jours, art et science ne font plus qu’un

1 avril 2016

CPU Infos

Savoirs, culture et convivialité : voici les trois maîtres-mots des journées des arts et de la culture dans l’Enseignement supérieur, organisées à l’université de Lille I, du 29 au 31 mars. A l’Espace culture, au cœur du campus, expositions, pièces de théâtre, représentations de danse et de musique, concerts, exploration ludique du campus, et conférences ont rythmé ces journées pour le plus grand plaisir des étudiants, des enseignants, des personnels de l’université et de toute personne en quête de nouveauté.

La cartographie, le fil rouge de ces journées

Depuis la création des Journées des arts et de la culture dans l’Enseignement supérieur (JACES), il y a trois ans, par le ministère de l’Enseignement supérieur et par le ministère de la Culture, l’Université de Lille 1 ne manque jamais l’occasion de mettre à l’honneur le potentiel créatif de ses étudiants et de ses enseignants-chercheurs. Cette année, le thème était la cartographie. « Le fait d’avoir des étudiants en géographie et en urbanisme a été un atout. Et ils se sont fortement mobilisés », indique Dominique Hache, responsable de la programmation. « Et 2016 est l’année internationale de la cartographie. Cela tombait bien, même si dans notre programmation, certains spectacles échappent à ce thème. Il s’agit juste d’un fil rouge », explique Delphine Poirette, responsable de communication de l’Espace Culture.

Un autre regard sur le campus

Ce mercredi 30 mars, l’Espace culture de l’université de Lille 1 est en effervescence. Enseignants-chercheurs, personnels de l’université, et personnes venues de l’extérieur se sont réunis dans un vaste espace où un bar convivial jouxte un amphithéâtre pouvant accueillir jusqu’à 160 spectateurs. Beaucoup d’étudiants sont venus, volontairement ou par hasard, tous surpris par la diversité des événements qui s’offrent à eux.

La journée commence par une exploration du campus universitaire. Pendant deux heures, une dizaine de personnes part à la découverte de l’université, carnet et crayon en main pour tracer, de façon très libre, des croquis d’un espace qu’ils fréquentent quotidiennement, et qui recèle cependant de beaucoup d’endroits inconnus. « L’idée est d’amener les gens à porter un autre regard sur des espaces familiers», indique Belinda Annaloro, artiste associée à Alba Fluor et chargée de l’animation de cette exploration. A l’issue de la ballade, les croquis sont exposés dans la cafétéria et le résultat témoigne d’une grande diversité de regards.

Le chant et les danses à l’honneur

Dans l’après-midi, les spectacles s’enchaînent devant un public ravi où se mêlent les enfants et les adultes. Dans le patio de l’Espace culture, des permanents de l’université profitent d’un rayon de soleil pour orchestrer des danses de la Renaissance française et du XVIIe siècle anglais, fruit d’un travail mené dans l’atelier qu’ils suivent une fois par semaine à l’Espace culture.

Changement d’ambiance dans la grande salle de spectacle où une vingtaine de personnes assiste à la représentation du trio « Dimanche soir ». Accompagnée au piano, au violoncelle et à la contrebasse par trois jeunes diplômés du conservatoire de musique de Lille, Isabelle Richard, artiste et interprète, lit et chante ses textes, témoignages de vie. Rires et émotions se lisent sur les visages des spectateurs. On regrette seulement que l’amphithéâtre ne soit pas plein. « Mes textes se prêtent à l’intimité », rétorque l’auteure, pleine de malice.

Un peu plus loin, c’est le service des sports de l’université (SUAPS) qui initie les plus audacieux, au ragga, à la zumba et à la danse sur chaise, en partenariat avec Handifac, une association qui aide et accompagne les étudiants en situation de handicap tout au long de leur vie universitaire.

Des murs aux couleurs des journées art et culture

Durant les trois jours, les murs de l’université sont constellés de photos à l’occasion de l’exposition « Verbimage(s) » qui propose des photos et des textes issus d’une série de six ateliers d’écriture qui se sont déroulés au cours de l’année, à l’Espace Culture.

Dans le hall d’entrée, une série de photos, exposée par un étudiant à l’Ecole supérieure de Journalisme de Lille, interpelle les usagers. On est attiré par la beauté des clichés, mais aussi par le thème d’actualité : « Réfugiés en errance parisienne La fin du transit et le début de l’attente ».

A la nuit tombée, les festivités se poursuivent avec des conférences et des concerts. Parmi les événements, on retiendra, le 29 mars, la conférence « La fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés » conduite par Karen O’Rourke, Professeur en art de la communication à l’université Jean-Monnet Saint-Etienne ou encore, le 31 mars, une « Performance sonore hautement spéculative sur le système financier contemporain », suivie d’un débat avec Laurent Cordonnier, doyen de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales à l’université de Lille.

« Les journées des art et de la culture sont le moment de faire se rencontrer des gens de tous horizons qui ne se connaissent pas au départ », indique Dominique Hache. Face à l’enthousiasme et au succès de ce beau défi, « l’université réitérera l’aventure l’année prochaine », affirme Delphine Poirette.

Photo : Séance de danse sur chaise organisée par le service des sports de Lille 1, en partenariat avec Handifac

Sur le même thème

4 septembre 2018

Patrimoine scientifique, patrimoine culturel : les bibliothèques universitaires détiennent...

29 mai 2018

Un millier d’œuvres d’art dispersées sur les campus...