International : Les détentions arbitraires de scientifiques doivent cesser

17 janvier 2020

Communiqués

Plusieurs de nos collègues restent aujourd’hui encore emprisonnés ou privés de leur liberté de mouvement en Iran ou en Turquie. Fariba Adelkhah, Roland Marchal, Tuan Altinel et Kylie Moore-Gilbert, notamment, attendent un hypothétique procès qui n’offre aucune garantie d’équité.
Il est urgent que ces détentions arbitraires cessent et que nos collègues soient à même de reprendre leurs activités

Sur le même thème

14 septembre 2021

With the rapid growth of the student body, the need to refurbish university real estate and the changing...

17 août 2021

Au moment où les Talibans reprennent le pouvoir en Afghanistan, la Conférence des présidents d’université (CPU) affirme sa solidarité...