« Intégrisme et terrorisme » : un premier colloque scientifique pour éclairer le débat

7 mai 2015

CPU Infos

Au lendemain des attentats de janvier, les universités et les acteurs de la Recherche se sont mobilisés. Le 4 mai dernier, la CPU et le CNRS ont organisé le colloque « Intégrisme et terrorisme : Eclairages de la recherche françaises en sciences humaines et sociales », sous l’égide de l’alliance Athéna dans les locaux de l’Assemblée nationale.
Le temps d’une journée, historiens, sociologues, démographes et anthropologues se sont retrouvés pour tenter de comprendre l’incompréhensible et donner des clés d’action aux pouvoirs publics.

Suite aux attaques terroristes qui ont frappé le monde ces derniers mois – et en particulier les attentats de Paris du 7 et 9 janvier derniers, ceux du musée du Bardo en Tunisie du 18 mars et ceux contre l’Université de Garissa, au Kenya, du 2 avril-, le dialogue entre le monde politique, la société civile et les chercheurs en sciences humaines et sociales s’impose plus que jamais comme une évidence.

Les travaux de la recherche française en sciences humaines et sociales sont foisonnants, mais souvent méconnus de la population et des pouvoirs publics.
Invitant les universitaires à débattre sans tabous, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a affirmé, en ouverture du colloque, que les chercheurs avaient « un rôle indispensable à jouer » et « beaucoup de réponses à apporter pour expliquer les évènements tragiques qui se sont déroulés en France en janvier dernier ».

Pour tenter de prendre en compte le phénomène dans sa globalité, la journée était organisée autour de quatre tables rondes :
« L’intégration dans la société française : parcours/obstacles », présidée par François Héran, démographe et ancien directeur de l’INED ;
« Affirmations religieuses et tensions identitaires », présidée par Danièle Hervieu Léger, sociologue des religions et directrice d’études à l’EHESS,
« Radicalisation : allers, retours » présidée par Michel Wieviorka, sociologue, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme ;
« Terrorisme et désignation de l’ennemi intérieur », présidée par Isabelle Poutrin, historienne, Maître de conférence HDR à l’UPEC.

Pour davantage de précisions sur les tables rondes, téléchargez la lettre de l’alliance Athéna.

De l’analyse à la prise de décision
Aux côtés des enseignants-chercheurs, des élus et des responsables politiques étaient présents. Car au-delà des mots, il s’agit de traduire les analyses en actes : « Hommes politiques humbles et attentifs, nous tenterons de décliner sur le plan législatif vos idées, vos analyses, vos orientations », a indiqué Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, au cours de la journée.
Voir en vidéo l’intervention de Claude Bartolone, sur le site de l’Assemblée nationale.

Ce colloque était le premier volet d’un dialogue que les organisateurs souhaite partagé et pérenne : il se poursuivra avec une série de rencontres organisées par la CPU, le CNRS et Athéna.

Vous pourrez retrouver l’ensemble des podcast audio de la journée sur ce site prochainement.

Téléchargez le programme de la journée