[Innovation] #EUvsVirus : Apprendre les gestes barrière à l’école

14 mai 2020

L’Université de Nantes a participé au plus grand hackathon européen jamais organisé #EUvsVirus, les 23, 24 et 25 avril dernier. Au total pas moins de 20 900 personnes de 141 nationalités se sont challengées à distance pour inventer des solutions pour hacker le #Covid_19. L’équipe nantaise de la Halle 6 Ouest, en lien avec le RFI Ouest Industries Créatives*, a planché sur un dispositif innovant et très concret de mise en situation pour la prévention et l’apprentissage des gestes barrières dans les écoles primaires, dans la perspective de leurs réouvertures le 11 mai prochain. Les résultats du weekend EUvsVirus seront annoncés le 30 avril, mais les initiateurs du projet nantais poursuivent d’ores et déjà leurs efforts et espèrent réussir à sortir un prototype de ce dispositif et l’expérimenter dès que possible.

La Commission européenne a organisé un hackathon en ligne « EU vs Virus »  avec pour ambition de réunir le plus grand nombre d’acteurs, innovateurs et investisseurs pour développer des solutions à fort impact social en réponse à la crise provoquée par le coronavirus. Durant 3 jours non-stop, du 24 au 26 avril dernier, 20 900 personnes ont répondu présents et collaborés à distance. 2500 solutions ont ainsi pu être soumises. L’Université de Nantes s’est mobilisée avec une quinzaine de personnes regroupant des designers, chercheurs, enseignants, étudiants, communicants, coordinateurs…Toutes les compétences de la Halle 6 Ouest et de ses partenaires (LS2N, CAPACITES, ENSA, Ecole de Design, Nantes Métropole, RFI Ouest Industries Créatives, Sup de com’…) ont été réunies pendant 72h pour développer le projet CORRIDOOR. Des étudiants de l’Université de Hanyang à Séoul, une étudiante de l’école Estienne de Paris, et des professionnels de la petite enfance (directrice de crèche et institutrices) et des professionnels de l’hôpital (infirmière, étudiant en médecine, pharmacien et ingénieur biomédical) ont également apporté leurs expertises pour accompagner au mieux ce projet d’intérêt général.

« Vivre ce hackhaton européen a été une opportunité unique pour expérimenter en 72h l’ambition portée par l’Université de Nantes au sein de la Halle 6 Ouest à savoir mobiliser une équipe interdisciplinaire de chercheurs, étudiants et ingénieurs pour développer de la science ouverte, de la recherche défiée et du pragmatisme au service de l’intérêt général. » Francky Trichet, VP Numérique de l’Université de Nantes.

De la science, de la technologie, de l’ingéniosité et du bon sens caractérisent l’esprit de ce projet pour accompagner le retour des enfants en classe. L’objectif est de limiter la propagation du COVID19 au moment du déconfinement, répondre au besoin collectif d’apprentissage des gestes barrières et de distanciation physique, et d’accompagner les écoles ligériennes, françaises, européennes et internationales dans leur réouverture en proposant une solution clé en main peu coûteuse et facile à mettre en œuvre. Un kit complet propose ainsi des solutions pour mettre en place des accès sécurisés et ludiques dans les écoles.
Différents moyens sont imaginés dans le moindre détail, comme des vidéos pédagogiques, une chanson couplée à un bestiaire animal pour faciliter l’apprentissage des bons gestes pour se laver les mains, une borne interactive de détection à Ultra-Violet pour vérifier la bonne application des gestes de base, une borne interactive de vérification du bon port du masque, etc. Ces solutions ont été développées en s’appuyant sur les technologies d’Intelligence Artificielle et d’analyses d’images développées par des chercheurs de l’Université de Nantes. 

CorriDoor : un parcours d’apprentissage des gestes barrières, pédagogique et ludique

CorriDoorLa réouverture des établissements scolaires pose beaucoup d’inquiétudes pour les enfants, les parents et le monde éducatif. Comment se protéger du virus ? Comment s’assurer que les enfants se désinfectent bien les mains avant d’entrer en classe ? Comment respecter les gestes barrières ? Autant de questions complexes auxquelles l’équipe de la Halle 6 Ouest de l’Université de Nantes à tenté de répondre.

Ce dispositif dans lequel passeront les enfants avant de rentrer en classe, regroupera de petits ateliers qui, de façon ludique, permettront aux écoliers d’apprendre les bons gestes pour se laver les mains et porter leur masque. Ce parcours pédagogique et ludique est conçu pour être facilement déployable en direction des écoles primaires. Il répond également aux enjeux de pénuries et d’approvisionnements difficiles dans le contexte du COVID19. Ce projet à la fois open source et open-data a été pensé pour consommer le moins possible en terme d’énergie, de technologie et de financement. Une estimation de l’ensemble du kit pédagogique serait de l’ordre de 300 €.

L’ensemble des professionnels interrogés pendant ce weekend (instituteurs/trices, directeur d’établissement scolaire et directrice de crèche) ont accueilli ce type de proposition avec un réel enthousiasme, insistant sur le fait qu’il faudrait idéalement que ce dispositif soit prêt  pour la date du déconfinement. Une première famille a pu tester une partie du dispositif lié au lavage de mains avec une élève en grande section de maternelle et un élève de CM2. Les tests ont été concluants.

« La créativité et l’énergie du collectif de 15 personnes n’a eu de cesse  de s’amplifier durant tout le weekend. Inventer ensemble pour lutter contre le COVID a été notre objectif commun. Les échanges, même tardifs dans la nuit, avec les personnels du monde de la santé ou éducatif ont montré que notre projet répond à un vrai besoin. » Patrick LeCallet, Professeur Polytech Nantes, Université de Nantes

Les projets issus du weekend EUvsVirus vont être analysés et les résultats seront annoncés le 30 avril à 11h. Les lauréats se partageront un total de 83 000 euros. Les solutions primées seront également invitées à rejoindre une plateforme du Conseil européen de l’innovation, afin de faciliter la mise en relation avec les utilisateurs finaux, mais aussi de bénéficier d’une visibilité auprès d’investisseurs, de fondations et d’autres possibilités de financement. Sans attendre les résultats,  les initiateurs du projet nantais poursuivent d’ores et déjà leurs efforts et espèrent réussir à sortir un prototype de ce dispositif pour l’expérimenter dès que possible.

*Le programme régional OIC (Ouest Industries Créatives), porté par l’Université de Nantes et co-animé avec l’École de design Nantes Atlantique, était partenaire de l’événement EU vs Virus .  OIC a joué son rôle de hub en coordonnant les échanges et l’entraide entre les participants. Une logique de coopération bien ancrée, qui révèle la capacité du territoire à travailler en interdisciplinarité au service de projets concrets, sans frontières entre les établissements et les laboratoires. Retrouvez  ici l’intégralité du communiqué RFI OIC

Lire l’article sur le site de l’Université