Gilles Roussel : président de la Conférence des présidents d’université

Gilles Roussel a été élu président de la Conférence des présidents d’université le 15 décembre 2016, à 82 voix sur les 94 votants, aux côtés de ses deux vice-présidents, Fabienne Blaise, présidente de l’Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales – et Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon. Il succède à Jean-Loup Salzmann, ancien président de l’université Paris 13.

Né en 1968, Gilles Roussel est élève à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm (1988-1992), et obtient son doctorat en informatique en 1994, après avoir été formé à l’université Pierre-et-Marie-Curie, ainsi qu’à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), de 1991 à 1994.

Il a été directeur du laboratoire d’informatique Gaspard-Monge de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée (UPEM) et chargé d’enseignement à l’École polytechnique.

Vice-président formation et insertion professionnelle de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée, à partir de juillet 2007, il en devient président en janvier 2012 et est réélu en janvier 2016.

Son implication à la CPU

En juin 2012, il est élu président de la commission de la Formation et de l’insertion professionnelle de la CPU, fonction à laquelle il a été renouvelé en décembre 2012, puis une nouvelle fois en décembre 2014. Parmi les dossiers importants qu’il a portés, on peut citer l’accord historique sur l’accès au Master instaurant un recrutement à son entrée , le travail de simplification des intitulés de diplômes de Licence, Licence professionnelle et de Master, et l’implication dans la mise en place du réseau national des Ecoles supérieures du professorat et de l’Education (ESPE) dont il préside le conseil d’orientation stratégique depuis le 29 janvier 2016.

Le 15 décembre 2016, il est élu par ses pairs président de la CPU avec la volonté de faire de la CPU « le porte-parole de la diversité dans les établissements qui la composent auprès des instances de décisions politiques et économiques, et un outil d’information, de formation et de soutien dans l’action de ces établissements. »

Sur le même thème

3 juillet 2017

« Si la France fait partie des grandes puissances mondiales, c’est à l’excellence de notre éducation, de notre enseignement supérieur, de notre recherche qu’elle le doit »