Francophonie: un accord-cadre pour renforcer les liens avec l’Enseignement supérieur français

13 juillet 2016

CPU Infos

Le 12 juillet dernier, l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a signé avec la Conférence des présidents d’université, la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) et la Conférence des grandes écoles (CGE), un accord de partenariat, en présence de Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Pour contribuer au développement global de la francophonie, l’accord renforce les collaborations, les échanges d’expertise et d’information, le soutien à la formation et à la recherche, à l’innovation et à la valorisation des universités et grandes écoles au sein de la francophonie.

Association internationale regroupant des universités, des grandes écoles, des réseaux universitaires et des centres de recherche scientifique utilisant la langue française, dans le monde entier, l’AUF partage avec la CPU, la CDEFI et la CGE des objectifs communs : l’accompagnement de la coopération scientifique, le développement des universités et des grandes écoles au niveau international, l’appui à la formation et à la recherche, la promotion de la parité hommes-femmes, les mobilités étudiantes et de chercheurs ainsi que la promotion de formations et de revues scientifiques en français.

Avec 817 adhérents dans 106 pays, l’AUF compte 94 membres de la CPU.

En signant l’accord, le 12 juillet dernier, les parties se sont fixé cinq objectifs principaux, réalisables à court terme :

– Soutenir la mise en œuvre des doubles diplômes, aux niveaux Master et doctorats, par un échange des bonnes pratiques ;
– Soutenir la recherche partenariale et les échanges de chercheurs et de post-doc, en incluant le monde de l’entreprise ;
– Accompagner la mise en place ou le renforcement de formations d’ingénieurs ;
– Travailler à la promotion commune de cours en ligne (MOOC) ;
– Faire l’inventaire des programmes de financement de la coopération entre établissements de l’espace francophone et en faire la promotion auprès des membres communs.

La CPU était représentée par Khaled Bouabdallah, président de l’université de Lyon et vice-président de la CPU.

Cette convention crée « les conditions d’une synergie entre les universités françaises et entre l’AUF, la CPU et les établissements. Grace aux partenariats et en se fondant sur des projets co-construits, les établissements d’enseignement supérieur francophones pourront s’enrichir les uns les autres et développer des actions efficaces pour la francophonie », a indiqué Jacques Comby, président de l’université Jean Moulin Lyon 3 et président de la commission des relations internationales et européennes de la CPU, dans une interview croisée avec Jean Paul de Gaudemar, publiée sur ce site.

L’accord-cadre est signé pour une durée de trois ans, renouvelable.

Télécharger l’accord-cadre de partenariat (PDF)

Photo (de gauche à droite) : François Cansell, président de la CDEFI, Khaled Bouabdallah, vice-président de la CPU, Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’AUF et Yves Poilane, président de la commission internationale de la CGE

Sur le même thème

4 mai 2018

À plusieurs reprises depuis 2016, la Conférence des Présidents d’Université a exprimé sa position sur la situation universitaire en Turquie. La CPU porte...

26 mars 2018

Le Canada compte plus d’un million de francophones hors du Québec. Depuis plusieurs années ...