Forum des Nims : rapprocher la science de la société

18 juin 2018

CPU Infos

Pour cette troisième édition qui a eu lieu au théâtre de la Cité, à Toulouse, le 13 juin dernier, le forum des Nouvelles initiatives en médiation scientifique (NIMS) réaffirme son succès. Centré cette année sur les nouvelles formes de narration scientifique, l’évènement a accueilli plus de 200 personnes : chercheurs, doctorants, étudiants, associations, services de communication et de médiation du monde de la recherche ou citoyens passionnés de sciences.

C’était une journée de débats et de discussions autour des nouveaux modes de narration de la médiation scientifique et des pratiques innovantes en la matière. Cette année, l’accent a été mis sur la dimension éducative, moyen pour faire passer des connaissances scientifiques.

Et le programme était riche ! Zoom sur le jeu « Je suis migrant.e », outil ludique qui traite d’un sujet grave, présenté au cours de la matinée.

« Je suis migrant.e » : un jeu à destination des élèves

Présenté au cours de la matinée, le « Je suis migrant.e» entend mieux faire comprendre aux élèves la réalité sociale du phénomène migratoire.
Arihana Villamil et Giulia Breda, doctorantes en anthropologie et sociologie à l’Unité de recherche migrations et société (CNRS/Université de Nice Sophia Antipolis/IRD/Université Paris-Diderot) en sont les créatrices. Depuis plus d’un an, elles parcourent les écoles à la rencontre des élèves. Leur jeu prend la forme d’un manuel d’instructions dont chaque élève est le héros ou l’héroïne. Six parcours migratoires sont présentés sous la forme de livrets. Les évènements et les situations mis en scène dans le jeu sont inspirés de parcours migratoires réels rencontrés dans les enquêtes de terrain menées par les doctorants du laboratoire. L’objectif est d’amener les joueurs à faire des choix, dans un parcours migratoire, sur les moyens de passages de frontières, de recherche de logement et de travail. « Beaucoup d’élèves nous disent qu’ils n’auraient jamais imaginé que les migrants pouvaient être confrontés à autant de difficultés », indiquent les deux doctorantes. « Notre jeu leur donne les outils critiques pour faire face aux discours médiatiques et aux préjugés qui peuvent être véhiculés dans la société ».
Les sciences humaines et sociales ont, en médiation scientifique, une spécificité, par rapport aux autres sciences. Elles demandent une « phase de dé-constrution des idées reçues pour reconstruire par la suite une connaissance en adéquation avec la réalité ».

L’avenir de ce jeu est certainement prometteur. Les deux jeunes chercheuses font en effet état d’une forte demande de la part des écoles et des milieux associatifs. Le jeu devrait être mis en libre accès pour les enseignants dans un futur proche.

Rendez-vous incontournable de la médiation scientifique, le forum des Nims est organisé par la CPU et le CNRS, avec le soutien cette année de l’Université fédérale de Toulouse.
Il précédait la finale nationale du concours « Ma thèse en 180 secondes » qui avait lieu le soir, dans ce même théâtre.

Sur le même thème

17 mai 2019

Le CNRS et la CPU, en partenariat...

9 mai 2019

Deux collègues enseignants chercheurs turcs sont actuellement victimes de pratiques d’un autre âge portant gravement atteinte aux libertés les plus fondamentales au nombre desquelles la liberté (...)