Festival de Cannes : les universités prêtes à monter les marches !

La 70eme édition du Festival de Cannes aura lieu du 17 au 28 mai 2017. La CPU profite de cet évènement pour rappeler que les universités et la vie étudiante en général peuvent être une source d’inspiration importante pour les cinéastes. Le temps des études, de la construction de la vie d’adulte, et la vie sur les campus sont en effet profondément ancrés dans notre imaginaire collectif et se prêtent volontiers à une utilisation dramaturgique. Les universités, qui regorgent de trésors patrimoniaux et architecturaux, sont ainsi de plus en plus prisées pour l’accueil de tournages de films.

Crédit photo : Service Communication Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Bien qu’à première vue nous ne les percevions pas comme des films sociaux ou politiques, les films de campus nous tendent d’incontestables miroirs dans lesquels se reflètent nos façons d’envisager l’éducation, la recherche, les promesses qu’offrent les études, les inquiétudes liées à la manière dont nous forgeons à la sortie de l’adolescence notre identité sociale », écrit Emmanuel Ethis, ancien président de l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et actuel recteur de l’académie de Nice dans son livre « Les films de campus l’université au cinéma » co-écrit avec Damien Malinas, maître de conférences à l’université d’Avignon.

Si le genre « films de campus » fait encore largement référence aux pays anglo-saxons », la France gagnerait à se pencher d’avantage sur ce genre car, selon Emmanuel Ethis, « les films de campus sont révélateurs de la place symbolique du savoir et de la recherche dans chaque pays, et donc de la manière dont on mise sur l’avenir ».

Les lieux universitaires comme décors de films

Si des marges de progrès restent à faire pour mettre en lumière la vie de campus à la française, les universités accueillent de plus en plus de tournages de films. Et c’est tant mieux car les universités détiennent un patrimoine historique et culturel riche et recèlent de lieux de savoir et de vie multiples : bureaux, amphithéâtres, salles de cours, laboratoires, cafétérias, couloirs, espaces verts ou sportifs mais aussi musées, pharmacies, bergeries…

Michel Hazanavicius avec « Redoutable », Luc Besson avec « Lucy », Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte avec « Le prénom », Thomas Gilou avec « La vérité si je mens 3 », Christophe Nolan avec « Inception », entre autres réalisateurs, ne s’y sont pas trompé. Les réalisateurs du monde entier commencent à voir les universités françaises comme des lieux à multiples décors et en capacité de les accueillir dans les meilleures conditions.

Etablir un contact avec les réalisateurs et les sociétés de production

Afin que les lieux de tournages au sein des universités soient mieux identifiés par les professionnels du cinéma, la Conférence des présidents d’université sera présente au salon des tournages, aux côtés des universités franciliennes volontaires. Celui-ci se déroulera à la Villette à Paris, les 22 et 23 janvier 2018. Une étape supplémentaire vers la valorisation des campus français à travers le septième art.

Les universités franciliennes intéressées peuvent dès à présent contacter Johanne Ferry-Dély, directrice de la communication de la CPU : Johanne.FERRY-DELY@cpu.fr

Sur le même thème

27 novembre 2017

Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le ministère de l’éducation nationale et la CPU...

27 mars 2017

Cette année, les journées des arts et de la culture dans l’Enseignement supérieur (JACES) ont lieu...