[Éclairage] Risques naturels et environnementaux, quelle organisation de la recherche pour répondre aux enjeux des générations futures ?

Le changement climatique nécessite que les politiques de recherche mettent les risques naturels et environnement au premier plan. A tous les niveaux d’organisation, la question des risques et de leur réduction est donc un enjeu majeur pour l’avenir de nos sociétés. Point sur les diverses actions mises en place du niveau régional au niveau international, par Nicolas Eckert, chercheur au laboratoire ETNA (Université Grenoble Alpes / Inra) et Gilles GrandJean chercheur au BRGM et co-animateurs du GET-Risques d’Allenvi.

Le changement global, dans toutes ses composantes (climat, urbanisation, développement industriel) conduit à de nouvelles situations à risque pour les sociétés (risques naturels, sanitaires ou technologiques) et pour les milieux (présence de pollutions, d’invasions d’espèces). La réduction de ces risques doit donc faire partie des problèmes à résoudre pour mieux préserver les générations futures. Amplifiées par une forte médiatisation, grandement relayée par les réseaux sociaux, ces questions de prévention et de réduction des risques, ainsi que de gestion des crises qui en découlent, doivent s’inscrire dans un ensemble d’initiatives permettant une meilleure structuration de la recherche, et ceci à tous les niveaux d’organisation.

A l’échelle internationale, le cadre d’action 2015-2030 pour la réduction des risques de catastrophe, dit « de Sendai », a rénové l’action des Nations Unies en matière de gestion des risques. Les principaux objectifs de ce cadre sont orientés vers la réduction des impacts, la mise en place d’une gouvernance et d’une stratégie d’atténuation des risques efficace, le renforcement de la coopération internationale et le développement de systèmes d’alertes, au travers d’une vision systémique intégrant la complexité et les interdépendances (Figure 1).

Figure 1 : Caractère systémique du risque selon l’UNDRR.

Le Groupement International des Experts du Climat structure également à présent ses recommandations autour de l’objet risque (Figure 2).

Figure 2 : Le risque selon le GIEC au croisement d’un aléa et d’enjeux vulnérables.

Mais, à l’échelle internationale toujours, aucun des 17 Objectifs de Développement Durable (ODDs) de l’Agenda 2030 des Nations-Unies ne cible particulièrement les risques, même si les Nations-Unies proclament leur détermination à « engager le monde sur une voie durable, marquée par la résilience ». Au final, même si les risques n’apparaissent pas formellement, ils se retrouvent de manière transversale dans la majorité des 17 ODDs. Comment rendre la problématique des risques plus visibles dans le cadre structurant des ODDS ?

A l’échelle européenne, le rapport du Water Joint Program Initiative, précise que les événements hydro-climatiques extrêmes ont des impacts de plus en plus importants sur nos sociétés. Il encourage le développement de systèmes intégrés en mesure de minimiser leurs impacts sur les vies humaines, les écosystèmes naturels, le patrimoine culturel, les infrastructures liées à l’eau et les cycles alimentaires. Le rapport préconise la mise en place de stratégies de prévention et de gestion des risques tenant compte des besoins socio-économiques et mobilisant les principales parties prenantes. Il met en évidence les besoins en projections fiables sur diverses échelles de temps et l’importance des bases de données historiques des événements extrêmes. La création du Disaster Risk Management Knowledge Center montre en outre l’importance que porte la Commission Européenne aux risques et la capitalisation des connaissances nécessaire à leur gestion. En revanche, et contrairement à l’échelle internationale, aucun réseau de recherche européen n’a vu le jour pour fédérer les équipes travaillant sur ces sujets. Un futur projet à bâtir ?

Au niveau national, l’expression d’un certain nombre de questions en lien avec les risques peut être lue dans la stratégie nationale de la recherche (SNR), élaborée notamment à partir du constat que « les politiques, et les pratiques de recherche doivent s’intéresser à [des] objectifs complémentaires : le progrès de la connaissance, la réponse aux enjeux sociétaux et environnementaux et l’appui au développement économique ». Outre l’ANR, d’autres guichets nationaux sont concernés par la question des risques comme l’INSU, les fédérations de recherche comme VOR – Vulnérabilité Ouvrages et Risques, des GIS, des GDRs et des SOERE labellisés. En termes opérationnels, la définition et la mise en œuvre de la politique publique des risques sont fortement portées par la direction générale de la prévention des risques (DGPR) du ministère en charge de l’environnement, notamment via son programme d’actions pour le transfert de savoirs et savoir-faire techniques vers le monde opérationnel. Mais cette myriade d’initiatives ne rend-elle pas complexe la lisibilité de la politique nationale de recherche sur la réduction des risques de catastrophes ?

Au niveau régional, la thématique des risques trouve des relais forts sur de nombreux sites. Citons, de manière non exhaustive, les observatoires comme l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble, les Labex, les IDEX (Risk@UGA de l’Université Grenoble Alpes) et les I-sites (Clermont Ferrand, notamment sur le risque volcanique), s’appuyant sur des centres universitaires d’excellence (Universités Paris-Saclay, Grenoble-Alpes, Aix-Marseille, Clermont Auvergne, etc.) tous susceptibles de fédérer et de financer la recherche sur les risques et d’accompagner, amplifier et rendre ainsi visibles les développements menés par les collectifs de recherche.

Traiter des questions de recherche pour réduire les risques naturels et environnementaux nécessite des avancées équilibrées entre progrès inter-disciplinaires et travaux à vocation plus intégratrice ; une meilleure interaction entre les différentes organisations (international, européen, national, régional) pour mieux mettre en adéquation objectifs et moyens ; une meilleure fédération de la communauté de la réduction des risques (chercheurs comme opérationnels).

 

Sur le même thème

21 janvier 2021

Qu’est-ce que la cybersécurité ? Spontanément, la définition commune va faire référence à l’informatique. Si cette dimension est essentielle, la cybersécurité recoupe pourtant de multiple (...)

15 janvier 2021

Il est essentiel de rassembler les textes juridiques qui encadrent la cybersécurité en un même ouvrage : un code de la cybersécurité. Éclairage par Michel Séjean, professeur agrégé en droit p (...)