Disparition de Jean-Christophe Yoccoz : hommage à un mathématicien d’exception

6 septembre 2016

CPU Infos

Le mathématicien Jean-Christophe Yoccoz est décédé le 3 septembre dernier, à 59 ans. Professeur au Collège de France et docteur de l’université Paris-Sud, il avait reçu, en 1994, la médaille Fields, la plus prestigieuse distinction en mathématique pour l’ensemble de ses travaux portant sur l’étude des systèmes dynamiques. La CPU tient à rendre hommage à l’un des siens qui a contribué au rayonnement de la recherche française dans le monde et qui a toujours eu à cœur de faire aimer les mathématiques.

Né en 1957 à Paris, Jean Christophe Yoccoz a suivi une trajectoire hors norme. Reçu premier à l’entrée de l’Ecole normale supérieur à 18 ans, il est reçu premier ex aequo à l’agrégation de mathématiques, en 1977. Il soutient sa thèse à l’université Paris XI en 1985 sous la direction de Michaël Herman, du Centre de mathématiques de l’Ecole polytechnique et enseigne de 1988 à 1996, à l’université Paris-Sud.
« Il était d’une gentillesse et d’une humilité qui forçait le respect, surtout quand on sait combien ses mathématiques étaient profondes et puissantes. C’est une grande perte et nous sommes bien tristes », souligne François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise.
Récompensé par de nombreuses distinctions, il est lauréat de la Médaille Fields en 1994, récompense qui couronne des travaux exceptionnels menés par des scientifiques de moins de 40 ans.

La passion de la transmission

« Christophe Yoccoz avait une volonté permanente de transmettre son goût pour sa discipline et d’œuvrer pour faire aimer les mathématiques », ont déclaré, dans un communiqué commun, Najat-Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieure et de la Recherche et Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche.
Pour Christophe Yoccoz, les mathématiques étaient éminemment pertinentes pour comprendre le réel : « les exemples [y] foisonnent où les concepts mathématiques sont utilisés pour décrire certains phénomènes, depuis le mouvement des planètes jusqu’aux modèles climatiques en passant par la dynamique des populations en biologie ».
En 1995, il avait ainsi participé à une commission sur l’école et le système éducatif, et avait insufflé de nouvelles idées pour repenser l’enseignement des mathématiques.

Sur le même thème

5 février 2019

C’est avec beaucoup d’émotion que la Conférence des présidents d’université...

24 avril 2018

Le bureau de la CPU tient à saluer la mémoire d'une de ses  plus fidèles collaboratrices. Nicole Nicolas s'est éteinte, dimanche 15 avril au terme d'une longue maladie.