Développement durable : l’université de la Réunion invente le premier amphithéâtre bioclimatique

C’est une prouesse énergétique : l’amphithéâtre de l’université de la Réunion, localisé sur le campus de Moufia à Saint Denis, fonctionne entièrement en ventilation naturelle. Cet auditorium de 550 places propose aux spectateurs une fraîcheur sans climatisation. L’amphithéâtre est utilisé pour des cours, mais aussi pour des conférences, des projections, des concerts et des représentations théâtrales. Focus sur ce projet innovant.

Un confort thermique qui reproduit la sensation de bien-être à l’ombre d’un arbre : c’est le défi que s’est lancé l’architecte Olivier Brabant à l’occasion d’un projet de recherche soutenu par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe). Celui-ci a travaillé « non pas contre mais avec le climat, guidé par une philosophie, un challenge, et une nécessité : pas de climatisation dans un équipement public en milieu tropical humide ».

Ce bâtiment innovant, à faible impact environnemental, a été réalisé en utilisant l’environnement ambiant : le terrain, le paysage, l’existant, le climat et les saisons. Explications.

Une ventilation naturelle

« Pour le confort des occupants, l’objectif est de développer autour d’eux, en toutes circonstances, des courants d’irrigation et de balayage tridimensionnels », indique Olivier Brabant.

Pour rafraîchir sans climatisation, un système capable de capter « intelligemment » l’air extérieur de manière à ventiler précisément la place de chaque spectateur a été mis en place.

Le vent est capté et injecté via des canaux d’irrigation sous les sièges de l’amphithéâtre et aspiré vers le haut grâce à un puit dépressionnaire. Ce système permet d’obtenir une réduction de la température ressentie de – 4 %.

En parallèle du système de ventilation, un certain nombre de procédés a été élaboré pour créer un environnement favorable :
– L’abondance d’une végétation périphérique créant un microclimat et permettant de rafraîchir l’air avant qu’il ne rentre dans le bâtiment ;
– Une toiture en zinc à larges débords pour maintenir l’ombre sur les façades ;
– Des espaces de transition thermique, comme le hall d’entrée pour créer un volume tampon entre l’air extérieur chaud et l’intérieur ;
– Une optimisation de la lumière naturelle, et l’utilisation généralisée du bois, un matériau qui ne stocke pas la chaleur ;

Exemplaire sur bien des points, l’équipement a été lauréat de l’appel à projets PREBAT Réunion 2011, premier programme de recherche DOM-TOM lancé par l’Ademe Réunion, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment.

Crédits photo : René Carayol

Sur le même thème

24 mai 2016

Le 18 mai dernier, s’est réuni le premier comité de labellisation du « Label DD&RS »...

17 mai 2016

Pour sa 12ème édition, le concours « Génération développement durable », dont la CPU est partenaire...