Décret américain sur l'immigration : une entrave au progrès scientifique

31 janvier 2017

Communiqués

Gilles Roussel, président de la CPU, réaffirme l’inquiétude de la CPU face au décret du Président américain interdisant l’entrée temporaire aux Etats-Unis des personnes originaires de sept pays.
Pour Gilles Roussel, « Cette décision représente une réelle entrave à la libre circulation des étudiants et des universitaires. A l’heure où le progrès scientifique est conditionné notamment par la circulation des connaissances et la construction de partenariats scientifiques, la politique de Donald Trump risque d’entraver dangereusement ces échanges. Cette décision succède à d’autres décrets de l’administration américaine qui semblent ouvrir la voie à un nouvel obscurantisme. »

Communiqué de l’EUA

L’Association européenne des universités (EUA) et la CPU sont profondément préoccupées par le décret émis par le président américain Donald Trump et ses conséquences immédiates et inutiles sur les chercheurs, les universitaires et les étudiants étrangers. L’ordre, interdisant temporairement l’entrée aux États-Unis de personnes originaires de sept pays à majorité musulmane, perturbe injustement non seulement les vies individuelles, mais il est potentiellement dommageable pour la libre circulation des personnes et des idées qui est primordiale dans l’enseignement supérieur et la recherche.

« Bien que les préoccupations de sécurité du président Trump puissent être justifiées, c’est jouer de la politique avec le bassin mondial de connaissances et avec la vie des universitaires et des étudiants », a déclaré Lesley Wilson, Secrétaire général de l’EUA. « Une grande économie de la connaissance comme celle des États-Unis ne peut se permettre d’être fermée. Ce n’est pas seulement condamnable d’un point de vue éthique, c’est aussi un obstacle majeur au flux vital des talents mondiaux. Les universités voient déjà les conséquences pour leur personnel et leurs étudiants, mais cela est et sera extrêmement problématique dans de nombreux secteurs.

Les restrictions sur les déplacements, bien que dirigées vers les pays cités, affectent le mouvement des étudiants et des universitaires impliqués dans des partenariats, des conférences universitaires, des visites sur le terrain et des programmes d’études internationales dans les universités et les communautés du monde entier, y compris en Europe.

L’EUA appelle le président américain Trump à annuler ou à reformuler ce décret afin d’éviter toute menace à la libre circulation des personnes et des connaissances et demande à la nouvelle administration de reconnaître l’importance globale de la mobilité mondiale et l’ouverture pour la société dans son ensemble.