Découvertes scientifiques, innovations... : ça s'est passé cette année à l'Université de Nantes

5 septembre 2016

On en parle

Crédits photo : Franck Tomps pour l’université de Nantes

Une mousse pour réparer nos os, une nouvelle bactérie baptisée “Nantes”, une approche innovante pour traiter le cancer… les chercheurs de l’Université de Nantes ont cette année encore fait avancer la recherche dans tous les domaines. Retrouvez les dernières avancées scientifiques nantaises qui vous ont échappé cette année !

Article à lire sur le site de l’université de Nantes

Cancers de l’enfant : un biomédicament innovant à l’étude à Nantes

Le neuroblastome, l’ostéosarcome et le sarcome d’Ewing sont trois cancers rares qui surviennent principalement chez l’enfant. A Nantes, deux équipes de recherche du CRCNA (Centre de Recherche en Cancérologie Nantes Angers) et du LPRO (Laboratoire de Physiopathologie de la Résorption Osseuse et thérapie des tumeurs osseuses primitives), en lien avec le CHU de Nantes, travaillent à la mise au point d’un nouveau traitement ciblé ayant pour objectif d’augmenter le taux de guérison et de diminuer les séquelles.

Diesalg : bientôt un nouveau biocarburant pour nos voitures ?

Le potentiel des microalgues n’est plus à démontrer. On les utilise déjà pour en faire des produits cosmétiques ou des compléments alimentaires. On en parle aussi pour fabriquer du bitume. Mais cette bioressource marine pourrait bientôt révolutionner notre quotidien d’une autre manière en faisant rouler nos voitures. Un “biodiesel”, biocarburant de 3e génération, est actuellement à l’étude à Saint-Nazaire, avec pour objectif une production à l’échelle industrielle dans les prochaines années.

De l’eau coule sur Mars : une annonce majeure révélée à Nantes, lors du colloque de planétologie

Une étude réalisée à partir de données recueillies par la Nasa vient de confirmer la présence d’eau à l’état liquide à la surface de Mars. L’annonce publiée dans la revue “Nature Geosciences” ce lundi 28 septembre été relayée lors du colloque qui réunit à Nantes les experts internationaux de la Planétologie. Parmi les membres de l’équipe de Lujendra Ojha, chercheur américain à l’origine de la découverte, figure Marion Massé, post-doctorante à l’Université de Nantes. Entretien avec Lujendra Ojha.

Encelade : un océan à faible profondeur sous sa surface glacée

Comme sur Mars, y a-t-il de la vie sur Encelade ? Une équipe de recherche internationale, parmi lesquels des chercheurs du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique de Nantes (LPG Nantes – Université de Nantes – CNRS), vient de démontrer que l’océan sur cette lune de Saturne n’est qu’à quelques kilomètres sous sa surface, impliquant une forte source de chaleur à l’intérieur du satellite. Un élément supplémentaire qui rend l’océan d’Encelade favorable au développement de la vie.

Génétique : les chercheurs nantais font une avancée majeure dans le domaine des maladies cardiaques

Des chercheurs français associant l’équipe de recherche de l’Institut du thorax du Dr Jean-Jacques Schott (Université de Nantes – CHU – Inserm – CNRS) ont identifié de nouveaux gènes impliqués dans le mécanisme du prolapsus valvulaire mitral, source de troubles du rythme et d’insuffisance cardiaque. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Genetics, ouvrent de nouvelles perspectives d’outils thérapeutiques pour traiter cette pathologie dégénérative qui touche 2 à 5% de la population mondiale.

Les chercheurs nantais dévoilent un “réseau social” planctonique de la pompe à carbone

Recouvrant 70% de la surface terrestre, les océans sont un gigantesque laboratoire pour comprendre certains phénomènes globaux encore inexpliqués. En lien avec l’expédition Tara Oceans, les bio-informaticiens du Laboratoire d’Informatique de Nantes Atlantique (LINA) ont analysé et identifié les organismes marins impliqués dans le mécanisme de “pompe à carbone” un phénomène important pour comprendre le comportement global des océans. Les conclusions ont été publiées dans la revue Nature.

Les chercheurs nantais utilisent notre graisse pour lutter contre le mal de dos

Le Laboratoire d’ingénierie ostéoarticulaire et dentaire (LIOAD – Université de Nantes / Inserm) travaille à une solution thérapeutique utilisant les cellules souches de notre masse graisseuse pour régénérer nos disques intervertébraux. Une première mondiale qui pourrait bien être appliquée chez l’Homme d’ici 2019.

Eau sur Mars : une découverte qui va changer la manière de voir la planète rouge

Mars bouillonne. Si des traces d’eau ont été découvertes sur la planète rouge, on sait désormais qu’elle entre en ébullition lorsqu’elle apparait à la surface, modifiant considérablement la morphologie martienne. Des chercheurs internationaux, dirigés par Marion Massé, post-doctorante du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique de Nantes (Université de Nantes – CNRS), ont prouvé ce phénomène. Une découverte qui risque de changer notre manière d’interpréter la surface martienne et de détecter l’eau.

Médecine du futur : À Nantes, les chercheurs utilisent nos données pour proposer un meilleur traitement aux patients

Dans un futur proche, l’utilisation de nos données médicales pourrait permettre aux médecins de nous guérir plus efficacement et de prévenir de l’apparition de certaines maladies. A Nantes, une équipe de recherche dirigée par le professeur Pierre-Antoine Gourraud, utilise les données collectées sur plusieurs patients pour apporter un traitement personnalisé pour chacun. La Fondation de l’Université de Nantes vient de lancer sa campagne d’appel à dons.

Médecine nucléaire : un nouvel isotope capable de traiter le cancer ?

C’est un élément chimique extrêmement rare mais qui pourrait bien changer le cours de la médecine nucléaire d’ici quelques années. L’astate, et plus particulièrement l’un de ses isotopes, pourrait être utilisé pour traiter certains types de cancer. Des chercheurs nantais du laboratoire Subatech et CEISAM (Chimie Interdisciplinarité, synthèse, analyse, modélisation) ont récemment découvert de prometteuses possibilités d’application.

Santé : l’immunothérapie comme solution au traitement du mélanome ?

Et si notre corps et nos propres cellules pouvaient nous aider à lutter contre le cancer ? C’est ce que propose aujourd’hui l’immunothérapie. Une équipe de recherche nantaise du Centre de Recherche en Cancérologie Nantes-Angers (CRCNA) étudie actuellement les différents acteurs du système immunitaire pour mettre en place de nouveaux traitements des cancers comme le mélanome.

Santé : une mousse pour réparer plus facilement les tissus osseux

Les chercheurs nantais du Laboratoire d’ingénierie ostéoarticulaire et dentaire (LIOAD – Université de Nantes / Inserm) ont mis au point en collaboration avec l’Institut des Matériaux de Nantes Jean Rouxel (IMN – Université de Nantes / CNRS) un biomatériau innovant, sous forme de mousse, permettant de réparer plus efficacement et rapidement les fractures osseuses.

Santé : une nouvelle approche dans le domaine du traitement des tumeurs

Un médicament contre les tumeurs sera-t-il bientôt possible ? Le Centre de Recherche en Cancérologie de Nantes (CRCNA) et le National Institutes of Health (États-Unis) ont mis au point une nouvelle méthode permettant de mieux maîtriser l’utilisation d’un isotope radioactif (astate-211) très prometteur dans le domaine de la médecine. Des molécules thérapeutiques anti-tumorales pourraient bien être produites à partir de cet isotope. Les résultats ont été publiés dans la revue Chemistry-A European Journal.

Santé du futur : une main bionique myo-commandée pilotée par notre cerveau

Des chercheurs de l’Institut de Recherche en Communications et Cybernétique de Nantes (IRCCyN – Université de Nantes – Centrale Nantes – CNRS – Mines Nantes) travaillent actuellement sur une main robotique pilotée naturellement depuis notre cerveau.

Un chercheur nantais découvre une nouvelle bactérie… baptisée “Nantes”

L’équipe de recherche du Dr Stéphane Corvec, maitre de conférences des universités – praticien hospitalier (Université de Nantes – CHU de Nantes) a découvert une nouvelle espèce bactérienne présente sur notre peau jusque-là inconnue. En clin d’œil à la ville où elle a été trouvée, la bactérie a été baptisée « P. namnetense », du nom latin de Nantes (Namnetum). Les résultats de ces travaux de recherche seront prochainement publiés dans l’International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology.

Environnement : une décontamination des sols radioactifs par les plantes ?

Le retour dans l’actualité de l’accident nucléaire de Fukushima (mars 2011) a rappelé au monde entier les risques du nucléaire et ses conséquences écologiques et environnementales pour notre planète. A Nantes, des chercheurs du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique de Nantes (LPG Nantes) et du laboratoire de Physique Subatomique et des technologies associées (Subatech) ont expérimenté ensemble une nouvelle méthode prometteuse de dépollution des sols à partir de plantes et de bactéries.

Sur le même thème

29 mai 2019

Faire connaître à tous l’immense potentiel des laboratoires de recherche dans les universités...

21 mai 2019

La finale nationale 2019 du concours « Ma thèse en 180 secondes », se déroulera le 13 juin prochain à 18h30...