CPU : Orientations stratégiques pour un quinquennat

22 mai 2017

On en parle

Partout dans le monde, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, universités, écoles et organismes sont des acteurs de progrès et de développement. En produisant des savoirs scientifiques, en portant et promouvant des valeurs humanistes et laïques impliquant liberté de pensée et d’expression, ils sont là pour répondre aux grands enjeux de notre société et contribuer à sa cohésion. Dans un monde où le repli et les atteintes aux droits se multiplient et où priment dans la compétition internationale, la maîtrise de technologies sophistiquées et la capacité d’innovation, ils acquièrent des responsabilités croissantes pour le développement des pays et de leurs territoires, comme pour celui des emplois, de la qualité de vie, du bien-être et de la sécurité des populations.

Les universités, en France, se sont profondément transformées ces dernières décennies ; pour autant elles ne sont qu’au milieu du gué. Elles ont relevé, malgré des moyens inférieurs à ceux de leurs homologues dans la plupart des pays développés, de grands défis : l’ouverture sociale, la diversification des formations, le rayonnement de la recherche et la valorisation des savoirs. Aujourd’hui de nouveaux défis se présentent : la formation tout au long de la vie partout et pour tous, le développement du numérique, la transition énergétique,… Pour y répondre, les établissements de l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR) ont fait beaucoup et sont prêts à faire beaucoup encore mais ils ont besoin d’être accompagnés et soutenus dans leurs efforts, avec des politiques publiques plus claires et cohérentes, des règlementations mieux adaptées et des moyens financiers à la hauteur. C’est le sens de cette adresse de la CPU au nouveau Président de la République et à son gouvernement.

La CPU n’attend pas une nouvelle grande loi d’orientation. Il faut faire fructifier ce qui est engagé, œuvrer à en stabiliser le meilleur, en corriger y compris par la loi les insuffisances et surtout appuyer les initiatives des établissements dans leur diversité. Il y a besoin pour cela d’une vision partagée des missions confiées à l’ESR et des évolutions à opérer sur la durée du quinquennat.

Pour y contribuer, la CPU a rassemblé ses propositions à la suite de son colloque tenu à Reims en février 2017 et propose quatre orientations stratégiques dont elle souhaite qu’elles puissent guider les politiques de l’Etat en matière d’ESR et les actions des établissements au cours du quinquennat qui s’engage.