Coup de projecteur : l’université Sorbonne Paris Cité fera « briller les idées » dans la ville lumière

Du 15 au 19 novembre, l’université Sorbonne Paris Cité organise le « festival des idées ». Pendant 5 jours, dans douze sites parisiens, débats, spectacles, performances, ateliers, visites, expositions et formats décalés seront au programme de cette première édition dont le thème choisi est « Etre machine ».

Parrainée par Axel Kahn, médecin généticien et ancien président de l’université Paris Descartes (2007-2011), le festival des idées « croise les regards et affirme cette volonté d’ouverture : il permet aux universitaires d’aller à la rencontre des citoyens parisiens et aux citoyens parisiens de découvrir les campus ; il articule intimement la création artistique avec la recherche scientifique », indique Raphaël Costambeys-Kempczynski, Directeur délégué Vie de Campus et Expérience étudiante à l’université Sorbonne Paris Cité (USPC). Le festival propose pendant 5 jours des évènements ouverts à tous. A noter : l’implication des étudiants de l’USPC qui se sont investis largement dans la réalisation et la promotion de certaines actions.

« Etre machine », le thème de cette première édition

A travers une vingtaine de débats et de rencontres, une quinzaine de spectacles, des ateliers découverte, des visites insolites et des formats surprenants, conçus autour du thème « Etre machine », « philosophes, physiciens, anthropologues, écrivains artistes, journalistes ou économistes sont invités pour engager le débat, décaler nos regards, battre en brèche nos idées reçues », note Thomas Stall, chargé de médiation culturelle et scientifique à l’université Sorbonne Paris Cité et coordonnateur du festival. « Etre machine, c’est une invitation à penser les frontières et les liens entre l’humain et la machine ».

Les étudiants partie prenante de l’aventure

Pour cette première édition, beaucoup de créations étudiantes seront à l’honneur car le festival entend être représentatif des idées issues de l’université. A titre d’exemple, on peut citer :

– Au théâtre de la Reine Blanche, le 15 novembre, le spectacle vivant « EMMA » (Etre Machine Machine Avoir). Ecrite et interprétée par des étudiants du Master Journalisme Culture et Communication scientifique de l’université Paris Diderot, cette controverse scientifique théâtralisée sera suivie d’un débat avec des référents du domaine.
– Le même jour, au cœur du Fablab de l’université Paris Diderot, un atelier sera organisé pour « construire l’Etre-Machine des Grands Moulins » : étudiants, enseignants, personnels de l’université se retrouveront pour imaginer, concevoir et réaliser ensemble une infrastructure informatique d’un nouveau genre.
– Du 15 au 18 novembre, aura lieu dans le hall de l’IUT de Saint-Denis l’exposition la « Dionysienne militante », une turbine éolienne qui délivre des messages lumineux sur 360° ayant pour thème la situation environnementale nationale un an après la tenue de la Cop 21 sur le territoire de la Seine-Saint-Denis. Cette turbine a été entièrement conçue et réalisée par les étudiants et enseignants, au sein du GIM’Lab du département Génie Industriel et Maintenance de l’IUT de l’université Paris 13.
– Le 17 novembre, un débat « Travailler dans l’intelligence artificielle » fera intervenir des invités spécialistes des entreprises et des start-ups du domaine de l’intelligence artificielle. Il sera animé par l’association étudiante Living Lab de l’université Paris-Descartes.
– Le 19 novembre, un jeu-débat sera organisé à la maison des métallos. « Les idées contre-attaquent » donneront l’occasion à trois chercheurs de s’affronter pour combattre les idées reçues. Le public sera sollicité pour voter pour le chercheur le plus convaincant dans son argumentation et son raisonnement.

Ce festival prometteur sera l’occasion de mettre en avant l’une des missions de l’université : « susciter, réunir et diffuser [les idées] », pour reprendre les propos d’Axel Khan et ouvrir le débat à la société civile.

Consulter le programme complet sur le site dédié