COP 21 : l’enseignement supérieur se mobilise

Dans la perspective de la COP21, les universités, écoles et grands établissements membres de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), mais également de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) et de la Conférence des Ecoles d’Ingénieurs (CDEFI) ont répondu à l’appel à initiative lancé par la CPU, et la CGE, en novembre 2014.

Les objectifs :
– valoriser les initiatives des établissements sur les thèmes du climat et du développement durable auprès de la communauté scientifique, des médias et du public ;
– encourager la reconnaissance des universités, écoles et grands établissements comme des acteurs de premier plan sur la problématique climat ;
– favoriser l’appropriation des actions proposées par les acteurs institutionnels, collectivités, associations et entreprises, et créer des synergies au niveau national et territorial
– créer une dynamique de réseaux d’acteurs engagés autour de thématiques communes, post COP21.
Ce projet a vu le jour grâce à cinq étudiantes du Master 2 « Management de l’Environnement des Collectivités et des Entreprises » de l’Université Paris Diderot, promotion 2014-2015.

La méthodologie :
1    Lancement d’un appel à initiatives de décembre2014 à mars 2015

2    Critères de classement des initiatives :
– Les axes du Plan vert des établissements d’enseignement supérieur élaboré en 2009 – http://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2013/08/Referentiel_CGE-CPU_20121.xls : activités de recherche, gestion environnementale, politique sociale et ancrage territorial, stratégie et gouvernance, enseignement et formation)
– Le type d’initiative (recherche, formation, association, conférence, projet)
– Le domaine principal (agriculture, transport, énergies renouvelables,…)
Bilan du nombre de fiches reçues au 15 mars 2015 : 327 initiatives répertoriées.

Quelques illustrations des actions proposées dans les établissements d’enseignement supérieurs français :

Université de Lyon :
Consultation citoyenne sur le changement climatique local
L’Université de Lyon réalise à l’échelle territoriale une consultation citoyenne sur le thème du changement climatique, étape préalable à une recherche participative approfondie. Cette consultation est réalisée en écho avec la prochaine COP21 et avec l’étude de préfiguration d’un observatoire climatique local (EPOC – soutenue par le Labex Intelligences des Mondes Urbains et le Grand Lyon).

Téléchargez la fiche en PDF

Université Paris sud :
Laboratoire d’Excellence en Biodiversité, Agroécosystèmes, Société, Climat (BASC)
De nombreuses études nationales et internationales démontrent qu’il est nécessaire de prendre des mesures urgentes contre la dégradation des écosystèmes. L’augmentation de la production agricole a exercé de très fortes tensions sur les milieux naturels et la biodiversité. Ce projet de recherche s’inscrit dans la nécessité de mesurer l’impact environnemental de l’activité humaine pour freiner les dérèglements qu’elle occasionne. Le Laboratoire d’Excellence BASC de l’Université Paris Sud sera un acteur clé dans la formation et l’élaboration d’innovations sociales pour la réforme de la société, des institutions et de l’économie.

Téléchargez la fiche en PDF

Université Paris XIII
Preuve et développement durable
En matière de développement durable règne l’incertitude scientifique. Les principales difficultés rencontrées par les juristes résident dans des questions de preuve. Cette preuve scientifique et cette preuve juridique viennent perturber les repères des juristes (législateurs, juges et chercheurs). Il faut donc repenser les liens du droit et du développement durable sous l’angle des questions probatoires amenant les juristes à travailler avec les représentants des sciences humaines tels que les philosophes et les représentants des sciences dures.

Téléchargez la fiche

Sciences po :
MUCOP21
La semaine « Changement environnemental et société », sur le Campus euro-latino-américain de Sciences Po à Poitiers, a pour principal objectif de favoriser l’émergence d’innovations pratiques, locales, politiques, sociales, culturelles, scientifiques et technologiques. Elle sera l’occasion d’encourager une démarche de sensibilisation, de mobilisation et d’implication citoyenne, notamment de la jeunesse, attendue par de nombreux acteurs.

Téléchargez la fiche

Université de Nanterre
Plan d’action Energie de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense – 2015
Le  « Plan d’Action Energie » engagé par l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense est un schéma directeur de transition énergétique et écologique de l’université pour les 15 prochaines années. Par une approche globale (aménagements durables, usages des locaux, biodiversité…), le PAE a pour ambition de faire de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense, une université en pointe dans la mise en œuvre opérationnelle de la politique de  transition énergétique et écologique du pays, incluant une large concertation avec les acteurs internes et externes (Plan climat énergie territorial, territoire à énergie positive pour la croissance verte, ….).

Téléchargez la fiche

Université de Nouvelle-Calédonie
Climat et maladies infectieuses en Océanie
Les virus transmis par les moustiques (dengue, chikungunya, zika, Ross river,…) et la leptospirose constituent des pathologies infectieuses d’importance majeure en santé publique dans les pays et territoires insulaires du Pacifique (PICTs). Elles sont également, en tant que maladies à forte composante environnementale à vecteur ou réservoir animal, sous une forte influence, directe ou indirecte, du climat. En s’appuyant sur la modélisation des effets du changement climatique dans les différents PICTs, l’Université de Nouvelle-Calédonie ambitionne d’évaluer l’impact indirect du changement climatique sur le poids que constitueront ces maladies infectieuses pour les population de ces pays et territoires insulaires.

Téléchargez la fiche

Université Grenoble Alpes

Un groupe d’une dizaine de chercheurs de tous horizons thématiques et disciplinaires a été mis sur pied pour coordonner des initiatives scientifiques, grand public et/ou tournées vers les décideurs sur le territoire Grenoble-Alpes.
Le première initiative de ce groupe COP21-UGA est l’organisation de 4 grandes journées thématiques sur les traces du GIEC: GIEC-WG1, GIEC-WG2, GIEC-WG3, Politiques et négociations climatiques.
Chacune des 4 journées sera l’association d’une conférence académique sur le campus entre 12:00 et 14:00 et d’une conférence grand public le soir dans la grande salle de conférence du Musée de Grenoble, mise à disposition par la Ville. La conférence académique sera assurée par un scientifique de grande renommée internationale sur la thématique de la journée concernée.
Ces quatre grandes conférences ont lieu le 10 février 2015, le 28 avril, le 6 octobre et le 9 (ou 10) Novembre 2015.
Téléchargez la fiche
Université du Littoral Côte d’Opale

Ce projet se propose de développer un instrument pour la surveillance des zones inondables par réflectométrie des signaux GNSS. Dans cette approche on observe les surfaces qui réfléchissent les signaux émis par les satellites de radionavigation GPS. En effet, de ces signaux qui sont perçus par un système radar bi-statique, on peut déduire certaines propriétés de la surface de réflexion comme sa hauteur et son taux d’humidité. Ces deux paramètres sont essentiels pour l’étude et la surveillance des zones inondables car ils permettent de suivre l’évolution de la montée des eaux et de caractériser l’état hydrique (capacité à absorber ou à ruisseler les eaux de pluie) des surfaces observées. L’enjeu que l’on propose de relever dans ce projet est l’étude et la construction d’un instrument simple léger et transportable par un drone. C’est pour cette raison que l’instrument proposé s’appuiera sur le principe de » Interference Pattern Technique » pour mesurer les paramètres observés.
Téléchargez la fiche

 

Association de la Fondation Étudiante pour la ville (AFEV)
Ateliers développement durable
Le projet Kaps de l’AFEV repose sur un principe simple : une colocation étudiante installée généralement dans un quartier populaire, reliée à un projet social mené avec et pour les habitants de ce quartier. L’objectif de l’action est de créer du lien social au sein du quartier. Le projet est mené en lien avec la Maison de quartier de la Challe, le bailleur social Efidis et l’association Amicale des Locataires, autour du thème du développement durable, et notamment du le tri sélectif et de l’échange de services, puisque ces besoins ont été identifiés sur le quartier. Plusieurs ateliers sont mis en place: nettoyages de quartier, initiation au tri sélectif, aux éco- gestes sur la consommation d’énergie et d’eau, trocante, atelier cuisine, sortie cueillette de fruits et légumes. L’idée étant que par la suite les habitants deviennent eux-mêmes des acteurs de sensibilisation auprès de leurs proches.

Téléchargez la fiche

Contact : Béatrice Bellini, enseignante à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Beatrice.bellini@u-paris10.fr

Sur le même thème

2 juin 2016

Les noms des gagnants du concours Génération développement durable sont désormais connus...

24 mai 2016

Le 18 mai dernier, s’est réuni le premier comité de labellisation du « Label DD&RS »...