Budget 2017 : des engagements à tenir

7 juillet 2016

Communiqués

Le CA de la CPU, réuni à l’université de Nîmes, prend acte des déclarations à l’Assemblée nationale du gouvernement. Si ces déclarations se concrétisent dans le projet de budget 2017, cela signifie que l’Etat compensera à l’euro près ses décisions concernant le point d’indice et les autres augmentations de la masse salariale ( GVT, CAS pension, 1000 emplois, PPCR, etc..) et qu’il restera une somme de 100 millions d’euros aux établissements destinée à  accueillir dans de bonnes conditions les 120 000 étudiants supplémentaires qui ont rejoint l’université au cours des 3 dernières années. La CPU veillera à ce que toutes les charges nouvelles soient effectivement compensées, en particulier le GVT.  Et elle sera très attentive à ce que les moyens supplémentaires alloués ne soient pas amputés par une augmentation de la réserve de précaution, qui serait inacceptable.

Il reste désormais à régler de manière urgente le déficit de financement des universités pour 2016 concernant l’augmentation du point d’indice et le PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations des fonctionnaires ) soit environ 35 millions d’euros.

Sur le même thème

6 juillet 2018

Dans un contexte où les moyens font cruellement défaut pour l’enseignement supérieur et la recherche français...

6 juillet 2018

A l’heure où les universités préparent la rentrée qui verra la mise en place et la montée en puissance progressive de la loi ORE...